Un geste pour la nature

 La pêche de loisir pollue, il faut bien l’admettre. Même si l’impact est minime, une campagne nationale vient d’être lancée pour que chacun fasse des efforts. La pêche aux leurres est bien évidemment dans le collimateur. Ce n’est pas, contrairement à l’image choisie en couverture de la plaquette pour cette campagne, les leurres durs qui posent le plus de problèmes (les pertes sur et hors eau sont rares) mais bien les leurres souples en plastique ou dérivés qui finissent par se décomposer lentement et durant très longtemps au fond des lacs et des rivières. Si le rôle de chacun est montré du doigt, celui des fabricants d’autant plus. Les leurres en amidon (de maïs) comme les Berkley Gulp Alive sont une bonne piste à travailler. Alors au boulot !

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Commenter avec wordpress

1 commentaire

  • août 25, 2017

    mariano colautti

    Bonjour

    Avant les leurres, il faut déjà penser au fil nylon, à ne pas jeter, qui font beaucoup d’oiseaux victimes en se mêlant et en mourant de fin accrocher à une branche. Depuis plusieurs année j’ai acquis une espèce d’enrouleur qui me permets de placer mes déchets de fils et bas de ligne. Pensez y

    Mariano

Vous devez vous CONNECTER Pour poster un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->