Soutenez le Collectif SOS Loue & Rivières comtoises

Fondé en 2011 alors que les rivières de Franche-Comté connaissaient des pollutions sans précédent et un taux de mortalités piscicoles record, le Collectif SOS Loue & Rivières Comtoises existe grâce aux dons privés. Il regroupe des membres des associations et organismes suivants : Anper TOS, CPEPESC, la Confédération Paysanne, Saône Doubs Vivants Sundgau Vivant (SDVSV), France Nature Environnement 25 et 90, Franche-Comté nature Environnement, Haut-Doubs Ecologie, Attac Haut-Doubs. Les AAPPMA de Goumois (La Franco-Suisse) de Moutiers et de Cléron sont membres. Le WWF  et la Fondation Humus soutiennent le Collectif. Il s’agit à ce jour de la seule opposition à ce massacre des rivières comtoises, qui met l’administration et les pollueurs devant leurs responsabilités : dépôt de trois recours devant la commission européenne, obligation pour l’Etat de créer une conférence environnementale sur la problématique et de commanditer un rapport de la situation (rapport Vindimian), édition de 72 mesures à appliquer dont la création d’une réglementation spécifique aux zones karstiques ou encore le passage en zone sensible nitrate qui est une urgence absolue pour certains secteurs. Le Collectif  met également une forte pression médiatique sur les décideurs afin de faire bouger les lignes. Mais pour être plus efficace, il faut être soutenu. Les bénévoles du collectif qui œuvrent quotidiennement pour certains depuis dix ans ont aussi besoin de toutes les bonnes volontés pour relayer des informations, pour par exemple participer au programme Sentinelle des Rivières, qui consiste à surveiller un point précis sur le terrain au fil du temps (source, ruisseau, déversoir d’orage, doline, etc.) pour disposer d’un historique et pouvoir évaluer l’évolution. Ces données inexistantes jusqu’alors sont d’autant plus précieuses. Depuis un an, cinquante lieux sont ainsi surveillés ce qui est beaucoup et trop peu. Quelque soit votre situation géographique, vous pouvez aider SOS Loue & Rivières Comtoises.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->