Salmonidés migrateurs. Une enquête qui en dit long

  • 122A Salmonide
  • 122B Salmonide

    Seulement 37 % des pêcheurs répondants sont satisfaits de la gestion des salmonidés migrateurs en général. Et les deux tiers approuvent les tailles légales de capture du saumon et de la truite de mer et le système de déclaration et de baguage des saumons capturés.

  • 122C Salmonide

    Truite de mer mâle de fin de saison.

En 2019 a été menée une enquête visant à mieux connaître les attentes et les habitudes des pêcheurs de salmonidés migrateurs en Bretagne et en Normandie (Manche, Calvados, Eure). Garants de la bonne santé des cours d’eau à migrateurs dans cette région, Bretagne Grands Migrateurs et Normandie Grands Migrateurs sont les deux organismes à l’origine de cette initiative qui a recueilli 342 réponses exploitables. Cette enquête s’inscrit dans le programme transfrontalier Samarch (Salmonid Managment Round the Channel Gestion des salmonidés dans la Manche) qui vise à mieux connaître les espèces migratrices, notamment en mer où les données sont encore rares.

On ne savait pas grand-chose des pêcheurs de salmonidés migrateurs français. En complément de travaux en cours qui consistent à définir de nouvelles limites de conservation du saumon et des scénarios de gestion (projet RENOSAUM), le résultat de l’enquête menée auprès de ces pêcheurs permet de mieux les cerner, chose qui n’avait jamais été faite jusqu’alors.

Les pêcheurs locaux de saumons sont des êtres généralement discrets, qui vivent leur rapport à la pêche du poisson migrateur sur le principe bien connu du vivons heureux, vivons cachés. Animal emblématique, le saumon déchaîne les passions. Sa pêche est une activité des plus sérieuses et nous n’avons généralement pas affaire à des poètes ! Pour les plus irréductibles, cette discrétion est aussi synonyme de fraude, car le saumon est encore pour beaucoup un animal associé à une forte valeur et a un mets de choix. Le système des bagues que l’on doit passer dans l’ouïe du poisson dès sa capture si l’on souhaite conserver le poisson n’est pas infaillible puisque des petits malins s’amusent à bricoler la bague pour pouvoir la réutiliser. C’est ainsi que le quota de saumon de printemps se voit, dans les faits, dépassé dans une proportion difficile à estimer.

Les pêcheurs de truite de mer sont sensiblement différents des pêcheurs de saumons. Nul besoin d’une étude sociologique poussée pour expliquer que les deux publics vivent la rivière différem-ment. Les pêcheurs de truite de mer sont rarement cachottiers,

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->