Retenues d’eau, la coupe est pleine !

Face aux sécheresses qui ont désormais lieu quasiment chaque été, les agriculteurs ont demandé au gouvernement d’autoriser la création de retenues d’eau et aussi d’accélérer  le mouvement. S’il est bien normal pour un agriculteur raisonné et donc raisonnable de pouvoir abreuver son bétail et de pouvoir le nourrir, l’inquiétude vient de l’agriculture intensive qui voit dans les providentielles retenues l’occasion de ne pas changer grand chose à ses habitudes. A l’heure ou cette profession doit se remettre en cause, cultiver des plantes moins consommatrices en eau, on assiste à un déni de la situation. Créer des retenues pour quelques agriculteurs, c’est en priver d’autres d’une ressource précieuse en hiver, lorsque les nappes phréatiques doivent se recharger. Les retenues en été sont sujettes à une très forte évaporation. Cela a été observé en Espagne ou des retenues similaires ont été construites. Il va sans dire que les cours d’eau et la biodiversité seront une nouvelle fois les dindons de la farce. Dans le sud-ouest, l’opposition s’organise et manifeste contre un projet de construction de 16 bassines, qui seront utilisées par seulement 5% des agriculteurs de la région et moyennant 60 millions d’euros dont 70 % d’argent public. On reproche en outre à ces retenues d’être financées par des fonds Feader du second pilier de la PAC alors qu’un accord qui vaut pour la région Poitou-Charentes prévoyait au contraire de limiter les surfaces irriguées. Ne laissons pas l’agri-business détruire nos cours d’eau pour faire pousser du maïs ! Une manifestation est prévue à Epannes (Deux-Sèvres) le 11 octobre. Programme détaillé sur https://bassinesnonmerci.fr

Photo © Collectif citoyen Bassines non merci !

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->