Réglementation bar 2020, plus de restrictions pour la zone sud

Egalité au nord comme au sud du 48ème parallèle (au niveau d’Audierne), en 2020, les pêcheurs à la ligne auront droit à 2 bars par pêcheur et par jour. Pour faire simple, c’est un bar de plus par jour sur la zone nord et un de moins sur la zone sud. Pour la zone nord, la pêche sera autorisée de mars à novembre 2020 et toute l’année sur la zone sud. La taille de 42 cm sera valable pour les deux zones.

Pour la commission Européenne, le bar (Dicentrarchus labrax) reste dans un état très préoccupant en mer Celtique, la Manche, la mer d’Irlande et la mer du Nord méridionale (divisions CIEM 4b, 4c, 7a et 7d à 7h) :

“La biomasse du stock reproducteur est en recul depuis 2005 et se trouve actuellement en dessous de la biomasse limite (Blim). La mortalité par pêche s’est accrue au fil des séries chronologiques, culminant en 2013 avant de tomber rapidement en deçà du taux de mortalité par pêche garantissant le rendement maximal durable (FRMD). Le recrutement depuis 2008 est considéré comme faible selon les estimations, à l’exception de celles concernant les classes d’âge 2013 et 2014, qui révèlent un recrutement moyen. Le CIEM indique que là où l’approche du rendement maximal durable (RMD) est appliquée, le total des prélèvements en 2019 ne devrait pas dépasser 1 789 tonnes, ce qui représente une augmentation par rapport à l’avis pour 2018. Par conséquent, un volume plus élevé de captures pourrait être autorisé pour la pêche de cette espèce pratiquée au moyen d’hameçons et de lignes. Il y a lieu également de conserver la panoplie de mesures applicables aux prises accessoires inévitables de bar européen avec certains autres engins de pêche, tout en prévoyant une augmentation limitée des autorisations de capture. Les mesures de gestion de la pêche récréative ciblant le bar européen devraient être adaptées, compte tenu de l’incidence notable de cette activité sur les stocks concernés. Dans les limites établies dans l’avis scientifique, la pratique du pêcher-relâcher et la limite de capture devraient se poursuivre, mais en s’appliquant sur une durée plus longue. À réexaminer après avis du CIEM ] ”

© Arnaud de Wildenberg

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->