Patagonie : Les plus grosses truites du monde

Logé au bout de la Patagonie argentine, perdu dans une immensité désertique où tous les peuples qui ont tenté d’y vivre ont fini par fuir, le lac Strobel renferme des truites arcs-en-ciel parmi les plus grosses au monde. On pourrait croire ces eaux stériles, pourtant elles grouillent de vie. Ces truites monstrueuses prennent la mouche dans tous les sens du terme, car le challenge n’est pas de les faire mordre (encore que…), mais de gérer leur phénoménale puissance !

Cela fait quatre heures que nous roulons plein nord sur la célèbre “ruta 40” qui traverse l’Argentine du nord au sud. Partis d’El Calafate, petite ville en expansion qui a été durant des décennies un minuscule hameau où les estancias de la région apportaient par charrette leurs stocks de laine, elle est devenue le point de départ pour la visite du célèbre glacier Perito Moreno et du massif du Fitzroy mais aussi pour quelques célèbres destinations de pêche. Les sommets enneigés défilent à quelques dizaines de kilomètres et offrent durant une grande partie du voyage un panorama grandiose exempt du moindre nuage. Puis, après avoir bifurqué sur une piste, nous grimpons durant une bonne heure jusqu’à un immense plateau à 700 à 800 m d’altitude, semi-désertique, désolé et balayé par les vents et justement appelé la “meseta del viento”. Au milieu de ces champs de pierres, il n’y a pas âme qui vive, seuls sur quelques mamelons des guanacos envoyés en sentinelle sont prêts à donner l’alerte au troupeau.

Pourtant, depuis longtemps ils n’ont plus à craindre l’homme et plus particulièrement les Amérindiens Tehuelches qui ont déserté ce lieu, qui était leur principal territoire de chasse, depuis 2000 ans, dès le début de la période de sècheresse qui sévit toujours. Depuis, cet endroit inhospitalier est devenu le moins peuplé d’Argentine. Obstacle après obstacle, cahin-caha, le pick-up bringuebalant poursuit durant une heure son chemin à petits pas jusqu’au lodge Laguna Verde, notre destination au milieu de nulle part. Une collation avalée à la va-vite et nous revoilà avec notre guide Christian, toujours au volant en direction du célèbre Lago Strobel que nous apercevons très vite en contrebas de la piste : immense lac gris plomb, sinistre, agité par le vent qui s’est subitement levé. Ceinturé par de noires falaises basaltiques par endroit effondrées en éboulis formant un véritable chaos rocheux lunaire, ce cliché argentique en noir et blanc, oublié du monde et justement surnommé Jurassic lake, n’a vraiment Laguna Verde en contre-bas de magnifiques gobages. Comme si on s’était donné le mot et certainement par pure superstition, personne n’ose parler de cette accalmie qui ne saurait durer… Le petit-déjeuner à peine pris, me voilà dissimulé tant bien que mal derrière un haut rocher qui surplombe les eaux cristallines et d’où j’aperçois à bonne distance une belle truite qui vient vers moi ; je lui offre un met royal, une“prince”, petite nymphe noire aux pattes en fins élastiques noirs qui s’agitent au moindre mouvement ; fine gueule, elle n’en fait qu’une bouchée, mais piquée par je ne sais quelle mouche,

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->