Orne – Le retour des tacons sur la Vère

Un des seuils arasés récemment sur la Vère

Si, dans bien des régions, le ­retour à la continuité écologique est une douce idéologie car riverains et parfois même pêcheurs s’y opposent bêtement, dans le département de l’Orne, les seuils sautent par dizaines pour favoriser le retour du saumon et des autres migrateurs. Les seuils sont l’une des principales causes du déclin des poissons migrateurs. Sur la Vère, un affluent de l’Orne, deux ans après l’arasement des seuils, nous avons pu constater le jour de l’ouverture de la pêche de la truite la présence des premiers tacons (petits saumons de quelques mois) en amont des seuils effacés, preuve que des saumons adultes sont venus frayer sur ces zones sitôt la voie ouverte. Au nombre de 600 en 2018, les saumons adultes de la vallée de l’Orne devraient rapidement dépasser le millier dès l’année prochaine. C’est en tout cas les prévisions avancées par les spécialistes. Plus les surfaces de frayères augmenteront grâce à l’effacement des seuils (ou leur aménagement), plus la population de saumon aura des chances de se développer. La souche des saumons de l’Orne ne s’est jamais éteinte, ce qui est la première condition à un ­retour pérenne de l’espèce. Lorsque la souche est perdue, le “homing”, cette faculté à migrer à plusieurs milliers de kilomètres et à retrouver la rivière de leur naissance, s’éteint à tout jamais. L’Orne et ses affluents semblent sur la voie de la réussite. Notons que la pêche du saumon et de la truite de mer est toujours ­interdite sur l’Orne et ses ­affluents. Elle ouvrira sans doute en no-kill dans un premier temps lorsque les populations seront bien développées.

PARTAGER l’ARTICLE

Les commentaires sont fermés