Manche. Les barrages de la Sélune seront détruits au printemps !

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a annoncé mardi la destruction des barrages hydroélectriques de Vézins, propriété de l’Etat, et de La Roche-qui-Boit, propriété d’EDF, situés sur la Sélune dans le sud-Manche. L’objectif est la “restauration complète du fleuve côtier”, qui se jette dans la baie du Mont-Saint-Michel, et de sa “biodiversité”, une opération “unique en Europe”, ajoute le ministère dans un communiqué. Dans la Manche, on y croyait plus, car l’affaire rebondit depuis que, sous le gouvernement Sarkozy, Jean-Louis Borloo, s’était prononcé pour leur destruction, volonté remise en cause par Ségolène Royal quelques années plus tard à la surprise générale. Cette fois, les deux barrages devraient bien être arrasés définitivement. Et c’est 90 kilomètres de cours d’eau à poissons migrateurs qui vont être rouverts. Les travaux de  vidange du barrage de Vezins commenceront en avril 2018 et jusqu’en août. Mais la destruction de l’ouvrage n’aura lieu qu’au printemps 2019. Et l’autre barrage suivra.  La souche de saumon sur l’axe Sée/Sélune étant encore viable, les experts prévoient un bon avenir aux saumons de la Sélune qui, depuis un siècle, butaient sur un barrage situé très en aval du cours d’eau, sans possibilité pour les poissons de se reproduire. Il s’agissait surtout de saumon de la Sée. Dans cette affaire, le gouvernement a fait preuve de bon sens, car il est beaucoup plus réaliste de vouloir sauver un petit fleuve côtier qu’un grand fleuve comme le Rhin, devenu un canal multinational depuis longtemps et dont le retour du saumon est subventionné à grands frais pour des résultats qui se font toujours attendre.

 

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Commenter avec wordpress

Vous devez vous CONNECTER Pour poster un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->