les mouches de légende : L’altière

Cette rubrique se destine au montage des mouches célèbres, aux indémodables modèles qui, aujourd’hui comme hier, font partie des incontournables que tout un chacun doit savoir monter convenablement. Ces mouches de légende font souvent appel à un tour de main très particulier, sans quoi il est impossible d’obtenir un résultat correct.

La paternité de ce diptère universel revient à Raymond Rocher et sans doute faut-il voir dans ce nom l’évocation d’une fameuse rivière cévenole, l’Altier. Mais partout, l’altière fait merveille lorsque fourmis, chironomes, simulis et d’autres insectes terrestres de tailles plus importantes comme les bibios mettent les truites à table. Car la formule de montage de l’altière ne demande qu’à être déclinée à l’identique de la taille 22 à 12 ! Pour le pêcheur en rivière, c’est surtout ses tailles d’origine de 18 et 20 qu’elle trouve son intérêt pour l’imitation des fourmis noires et éventuellement de petits chironomes. Dans le cas des retombées de fourmis, les truites et les ombres se focalisent sur ces insectes qui ont apparemment bon goût ! En lac, les probabilités de croiser des espèces terrestres, ou des chironomes, sont beaucoup plus fréquentes et il convient donc de monter l’altière dans toutes les tailles, car c’est une fantastique mouche pour la pêche en réservoir. On ne prend aucun risque avec ce genre de mouche en lac. Et ceci reste valable du plus petit “baquet” de 500 m2 au plus grand lough irlandais ! C’est la mouche passe-partout par excellence, que sa naturelle simplicité rend vraiment crédible. L’absence de matériaux synthétiques évite le côté un peu trop tapageur dont souffre bien des créations modernes. Seul le herl peut apporter un peu d’excentrisme avec le coté irisé des herls de paon. Dans sa version d’origine, l’altière était montée avec un herl de condor, oiseau dont la commercialisation des plumes a été interdite depuis. Plusieurs substituts sont possibles comme les herls et les biots d’oie teintés, de dinde ou tout simplement de corneille. Mais attention, le rendu diffère beaucoup selon les types de herls.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->