Le comté au banc des accusés

Quelques jours seulement après la campagne de pêches d’inventaires de contrôle annuel réalisée dans le département du Doubs par l’OFB et la Fédération de pêche du Doubs, et qui montre une stagnation voire une régression des peuplements de truites, d’ombres, chabots, loches et d’autres espèces, l’industrie du comté se trouve sur le banc des accusés, aujourd’hui à la une du quotidien L’Est Républicain pour son édition de Besançon et Montbéliard. Car en effet, la production de comté, première au niveau national au terme de quantité avec 67 000 tonnes, génère des quantités pharaoniques de lisier produites par les 105 000 vaches laitières, mais aussi d’engrais. Des intrants très problématiques dans cette région karstique, au sol très perméable et au ph très élevé. L’Etat n’a toujours pas eu le courage de classer le territoire de l’AOP en “zone vulnérable nitrate”, et la filière ne souhaite toujours pas sortir d’un mode de production intensif qui serait bénéfique pour son image comme pour la qualité de son produit. Au contraire, l’industrie du comté s’attaque au marché chinois. Au terme de ces pêches d’inventaires, le nouveau directeur de la DDT du Doubs, Patrick Vauterin, se veut optimiste, alors qu’il est le témoin de l’effondrement des peuplements piscivores dans son département. L’étouffement des cours d’eau par les algues filamenteuses continue de plus belle. Les armoires de l’administration sont pleines d’études qui prouvent le déclin et rien n’avance par manque de courage politique.

Le Journal le Monde est venu enquêter sur place et publie sur sa page Facebook une vidéo qui fait éclater le scandale du comté au grand jour :

https://www.facebook.com/watch/?v=284772066083430

 

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->