La vie privée des mouches

  • © Thomas Reynier

    Mouche de mai subimago mâle.

  • © Thomas Reynier

    “Culs verts”

  • © Thomas Reynier

    Mouche de mai, subimago mâle.

Ce portfolio nous emmène sur la Dordogne en aval d’Argentat, sur ce parcours très connu des moucheurs. Ces photos prises sur le vif, avec plusieurs insectes en métamorphose sont l’oeuvre de Thomas Reynier, pêcheur à la mouche et ingénieur environnement à EDF dans la vallée de la Dordogne. Ces barrages existent et il faut faire avec, alors autant saluer les avancées en matière de protection du fleuve en aval.

Thomas Reynier est pêcheur à la mouche, passionné d’entomologie, mais aussi ingénieur environnement chez EDF dans la vallée de la Dordogne, dont l’aval de la série de cinq barrages est bien connu des pêcheurs à la mouche. S’ils bloquent la migration des poissons et des sédiments, ces géants de béton assurent au fleuve une température froide, y compris en été, favorable au développement et au maintien de la truite, de l’ombre, du saumon et des espèces d’accompagnement. Si les pêcheurs ne pèsent pas lourd face à la plus grosse unité de production hydroélectrique française, des efforts significatifs ont été faits ces dernières années par EDF pour le respect de la vie de ces espèces sensibles en aval des ouvrages. Ils résultent pour une part d’obligations réglementaires, mais aussi d’une période houleuse (les années 1980 et 1990) entre pêcheurs et hydrauliciens. Ces avancées, notamment la Convention Eclusées, sont la preuve que les temps changent et qu’il faut toujours y croire ! Nous ouvrons donc nos pages à celui qui garde un oeil bienveillant entre les galets et qui espère voir danser encore longtemps les éphémères sur les flots. Il nous présente sa Dordogne :

« En France, parmi les grandes rivières “gobeuses”, la Dordogne à l’aval d’Argentat connaît une réputation sans égale. Ses grands espaces, ses poissons et ses nombreux postes à salmonidés semblent attirer toujours plus de moucheurs.

Mais grâce à ses eaux sombres et parfois tumultueuses, ses vastes radiers et plats courants, la Dordogne, sous ses airs de rivière québécoise ou scandinave, cache bien des secrets.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->