La vérité sur le diamètre sur le diamètre des fils

  • 64A Cleron

    Il ressort de ce test que sur les 23 fils testés, deux sont en dessous de la cote annoncée et que la plupart la dépasse de très peu, hormis de vieux nylons comme le Maxima.

  • 64C pyramide fils
  • 64B palmer Mituyoyo

Le lien le plus ténu entre le poisson et vous, c’est lui, le fil d’Ariane que constitue la pointe du bas de ligne. L’élément le plus fragile, fin comme un cheveu, soumis à de fortes tensions, torsions qu’en théorie ce lien diaphane et infime ne peut supporter. C’est une sorte de miracle, qui prend forme à condition de savoir de quoi l’on parle et ce qu’on peut demander aux fins nylons et autres fluorocarbones. 

La pointe du bas de ligne est de très loin l’élément le plus important de tout le matériel du pêcheur à la mouche. C’est elle qui est chargée de présenter la mouche au poisson, elle qui doit assurer une dérive naturelle sans dragage, elle qui enfin prend sur ses frêles épaules la lourde responsabilité de ramener jusqu’au pêcheur une prise déchaînée, qui est parfois plus lourde que ne l’est la résistance théorique de la dite pointe. S’il est un élément à ne pas négliger, c’est bien de la pointe du bas de ligne dont il s’agit ! A quoi pourrait bien ressembler un fil miracle pour pêcher à la mouche ? Il devrait être fin, souple, ne pas céder au vrillage, résister aux dents des truites et afficher une infinie résistance aux nœuds.
A l’observation de ce cahier des charges, on se rend compte que de telles qualités sont pour certaines contradictoires. Et c’est là toute la difficulté de trouver un fil à la fois souple et résistant, ni trop “dur”, ni trop “mou”.
Les résultats des mesures des nylons et des fluorocarbones que nous avons fait effectuer nous renseignent sur l’exactitude, au millième de millimètre, du diamètre annoncé sur les bobines. Il faut savoir qu’il y a une petite dizaine d’années, les fabricants de fils s’étaient fait taper sur les doigts, tant les écarts étaient grands, au point de se faire recadrer par la répression des fraudes. Et nos tests montrent que la plupart des fils sont de nos jours justes, presque justes ou même pour deux d’entre-eux en dessous de la côte annoncée.

Le ressenti sous la dent

Sans ce genre de test, impossible de savoir si son fil préféré est complètement surdimensionné ou pas. Un des meilleurs moyens pour évaluer son diamètre, mais aussi sa dureté sans avoir un laboratoire sous la main, consiste à couper un fil fin avec les dents ! Plus précisément, avec les incisives, ce qui renseigne étonnement et assez précisément sur ces deux paramètres. Pour vous en convaincre, prenez trois diamètres d’un même modèle de fil, par exemple un 10, un 12 et un 14/100, et coupez-les avec vos incisives.
Vous constaterez avec une certaine stupéfaction qu’il est impossible de confondre les diamètres. Entre deux fils d’un même diamètre, le test marche également, car une différence existe toujours entre deux marques et deux modèles. Pour les fils de 10/100 ou plus fin, c’est surtout la dureté qui saute aux yeux, ou plutôt aux dents, car certains nylons sont plus “durs” que d’autres.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Commenter avec wordpress

Vous devez vous CONNECTER Pour poster un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->