La pêche en baitcasting

Le moulinet à tambour tournant est de plus en plus utilisé par les pêcheurs français, mais nous sommes parmi les derniers en Europe à succomber aux charmes de ces drôles de machines devenues indispensables pour tracter des leurres à brochets de plus en plus gros et lourds ou pour ramener lentement des leurres faits pour ça. Dans ce numéro, retrouvez 12 pages de techniques, trucs, matériel pour vous perfectionner dans la maitrise de la pêche au baitcasting.

L’ancêtre des moulinets. de pêche à la traîne.

Interdite en France depuis des lustres sans raison valable et sérieuse, la pêche à la traîne est autorisée quasiment partout dans le monde. Cet aspect de la réglementation fait que les moulinets à tambours tournants sont restés quasiment inconnus des pêcheurs français jusqu’au début des années 2000. Le moulinet à tambour fixe a toujours été la norme dans l’Hexagone et c’est toujours le cas car c’est dans notre tradition halieutique. Aux Etats-Unis, c’est plutôt l’inverse car les premiers moulinets de baitcasting (littéralement “appât lancer”) date des années 1950. Les productions de Meisselbach, Lew Childre, Ocean City, Abu ou Skakespeare sont toutes des évolutions des moulinets de pêche du thon ou des poissons à rostres à la traîne signés Edward Vom Hofe ou Penn. D’un moulinet qui n’était qu’un treuil, le tambour tournant a évolué pour permettre de lancer. Au fil du temps, la forme ronde a peu évolué, le frein en étoile et la double manivelle ont résisté à l’épreuve du temps, mais sont du mauvais côté dans leur pays d’origine. En effet, les moulinets de “big game” sont équipés d’une manivelle à droite pour un pêcheur droitier. Pour pomper un très gros poisson et ramener des centaines de mètres de fil, c’est le bras qui tient la manivelle qui se fatigue le plus (l’autre est maintenu tendu). La présence de la manivelle à droite sur les moulinets de baitcasting actuels aux Etats-Unis prouve si besoin était leur filiation directe avec les moulinets de pêche à la traîne. Sauf que pour pêcher le black-bass, ou le brochet, une manivelle à gauche (toujours pour un pêcheur droitier) serait vraiment plus pratique. Car les pêcheurs américains droitiers doivent changer la canne de main après avoir lancé ! Même les grands champions comme la légende KVD ou Mike Iaconelli, tous deux droitiers, lancent en tenant leur canne dans la main droite puis reprennent leur canne main gauche une fois que le leurre a touché l’eau pour pouvoir mouliner avec la main droite. C’est d’autant plus incompréhensible que la raison rique n’a rien à voir avec l’utilisation d’un moulinet de baitcasting puisque les moulinets de pêche à la traîne sont incapables de propulser quoi que ce soit ! Attention donc si vous envisagez d’acheter un moulinet aux USA, vous devrez prendre un modèle pour gaucher si vous êtes droitier.

Les avantages du baitcasting

Le but de cette Petite Classe n’est pas de vous “vendre” un moulinet de baitcasting qui n’aurait que des avantages et jetterait aux orties le bon vieux tambour fixe. Les deux types de moulinets ne sont que des outils avec chacun sa spécialité. On ne peut donc parler des avantages du tambour tournant sans définir les limites de ce genre de matériel. Pour lancer loin des leurres de moins de 10 g (et même près !) le tournant n’est vraiment pas fait pour cela. Pour pêcher avec des micros tresses de moins de 13/100 (sauf pour la pêche à la verticale) ou des nylons fins, ce n’est pas mieux. Pour récupérer plus de 80 cm au tour de manivelle, certains tambours fixes font mieux. Mais alors, à quoi peut bien servir le baitcasting ? Pour comprendre ce type de matériel, il faut simplement penser la pêche aux leurres complètement autrement. N’oublions pas que dans l’histoire de la pêche aux leurres, les pêcheurs français n’ont décidé de rien. Les leurres sont essentiellement américains et la plupart d’entre eux sont conçus pour être utilisés avec des moulinets de baitcasting au ratio plutôt faible d’environ 6:1. Les crankbaits, plus encore les spinnerbaits et les gros swimbaits souples ou rigides sont des leurres qu’il ne faut pas brusquer.

Ramener un spinnerbait avec un moulinet qui récupère un mètre au tour de manivelle n’est d’une part pas agréable, surtout si c’est un tambour fixe et d’autre part juste bon à le voir se retourner car il ne peut suivre la cadence. Nombreux sont les leurres qui “décrochent” si on les ramènent trop rapidement. C’est le cas des spinnerbaits, des gros shads, de certains crankbaits et jerkbaits, soit plus de la moitié des leurres les plus vendus en France ! Les gros swimbaits rigides comme le légendaire Buster Jerk et toutes ses variantes qui se désaxent franchement demandent également une récupération lente, entrecoupée de poses. Ces gros leurres de 50 à plus 100 g ne peuvent pas être lancés et ramenés avec n’importe quel moulinet. Sur le plan mécanique, un tambour tournant est fait pour treuiller du lourd, avec le fil en prise directe sur la bobine (d’où leur origine de pêche des gros poissons à la traîne). Comparativement, un moulinet à tambour fixe n’est pas fait pour cela en raison du galet de pick-up qui créé un angle à 90°. Seuls les

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->