La pêche confinée

  • 104A Anecdote
  • 104B Anecdote
  • 104C Anecdote

La rivière vous a manqué ? C’était le bon moment pour penser à elle et à vous auprès d’elle en visionnant dans votre tête (sur grand écran pour ceux qui ont la grosse tête) les parties de pêche des saisons passées. Sur le mode « On refait le match » du défunt Eugène Saccomano. Lui c’était à propos du foot. Mais pour la pêche c’est la même chose. La preuve en 10 anecdotes.

J’espère que vous en avez profité : c’était comme si vous y étiez. La pêche était ouverte. Les poissons étaient là et vous n’étiez pas si loin d’eux que ça. Surtout rien n’aurait pu troubler votre efficacité. Pas de conditions extérieures défavorables, vent nul, visibilité parfaite, tranquillité absolue. Sur les radiers de votre imagination rien ne pouvait s’immiscer entre vous et les poissons.

C’était le bon moment pour passer en revue tout ce qui a pu clocher pendant les parties de pêche de la saison passée. Histoire d’analyser vos erreurs et de jurer de ne plus recommencer. Depuis le 11 mai (date annoncée de la fin du confinement au moment où j’ai écrit cet article) vous êtes sûrement retourné à la pêche. Et je suis sûr que vous avez fait tout plein de progrès. Mais si ce n’est pas tout à fait le cas, certains de ses conseils sont pour vous.

1. À la vaironnée comme au vairon, c’est amont

Désolé de n’être pas « fly only ». Mais les pêches de début de saison, au vairon, qu’est-ce que c’est bon. En grande comme en petite rivière, de mars à avril, selon les régions, les truites retrouvent leur bel appétit. Elles sont restées « cavées » pendant les mois d’hiver, et leur présenter un joli vairon derrière un disque ou une cuiller revient à leur donner un avant-goût de ce que seront les futurs festins du mois de juin, quand elles fondront sur les nuages de gardèches en train de frayer. Toutefois, il y a une bonne façon de rater sa pêche au vairon c’est de privilégier les lancers ¾ aval, surtout quand les eaux sont claires et froides.

J’ai encore pu le vérifier en avril dernier sur le Doubs, sur le parcours en bas de chez moi (où je suis cette année interdit de séjour).

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->