Gestion patrimoniale contre truites de bassines

  • 42A Truite
  • 42B Truite

    Certains, qui n’ont visiblement pas compris grand chose aux poissons et aux cours d’eau, veulent des poissons d’élevage adultes dans tous les milieux y compris préservés pour satisfaire des pulsions consuméristes. C’est malheureusement bien dans l’air du temps.

  • 42C Truite

    En France, l’arc-en-ciel a sa place dans des milieux dégradés ou atypiques comme ici dans les contre-canaux du Rhône où la fédération de pêche de l’Ain propose plusieurs kilomètres de parcours en no-kill toutes techniques. Cette “formule” satisfait une demande loin des zones en gestion patrimoniale, nombreuses dans ce département.

Dans ce monde de plus en plus déconnecté de la nature, les pêcheurs à la mouche subissent l’irrésistible attraction du web et des réseaux sociaux. De suggestions en suggestions, l’algorithme réfléchit à notre place. Nous n’avons plus besoin de penser. En quelques clics, on nous appâte avec des vidéos qui font rêver et on se laisse prendre comme des truites d’élevage. La rivière ? Plus qu’une rivière, une pierre précieuse. Les poissons ? Plus que des poissons, des torpilles argentées. La vie ? Belle, pardi.

Les pêcheurs sont devenus des consommateurs, manipulés par des vendeurs de matériel ou par des pseudos scientifiques à l’indépendance très discutable, qui pour certains prêchent pour leur pisciculture fédérale. Ainsi naît actuellement une volonté, qui grossit à vue d’œil, de voir les eaux françaises se transformer en un vaste bassin pour truites arcs-en-ciel, ceci pas pour le bien des rivières, ni même des pêcheurs, mais surtout pour servir indirectement quelques intérêts privés. Certains téméraires vont même jusqu’à remettre en cause le bien-fondé de la gestion patrimoniale, seule garante du bon état des milieux aquatiques et de l’autonomie des peuplements de poissons.


Respecter les cycles naturels devient incompatible avec les folles cadences du marketing.
Mise en place à la fin des années 1990, la gestion patrimoniale reste une avancée majeure qui a enfin permis aux fédérations de pêche une gestion cohérente des populations de salmonidés à l’échelle des bassins-versants d’un département. Elle est basée sur la renaturation des milieux dans le but de garantir l’autonomie des peuplements de salmonidés/thymallidés en place sans soutien par alevinage.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->