Et surtout, faites simple

  • 66A Mouches
  • 66B Mouches

    Seules les très grosses imitations de mouches demandent de reproduire quelques détails. Pour le reste, c’est surtout la couleur, la forme générale et la taille qui comptent.

  • 66C Mouches

    Qu’est-ce qu’une larve d’éphémère sinon une vague silhouette, une couleur, très souvent foncée, et une capacité à se mouvoir dans l’eau que le pêcheur imite par une discrète animation ?

Entre les mouches pour attraper les pêcheurs et les mouches pour attraper les poissons, la grande différence tient presque toujours à leur degré de simplicité.

Il existe un plaisir de la simplicité qui ne s’étale pas dans les catalogues. Je ne veux pas dire que la pêche en général et la pêche à la mouche en particulier sont des choses faciles. Je veux dire que la simplicité n’est pas une honte et que la complexification n’est pas un signe de discernement. Jetez au feu vos collections de mouches et vos catalogues : collectionner n’est pas pêcher ! Tout le bagage que l’on nomme « expérience » consiste à carboniser le superflu afin de conserver seulement l’essentiel. Faire simple, c’est compliqué et cela peut devenir le but d’une vie entière de pêcheur.


La simplicité n’est pas un point de départ mais un résultat. On a le droit de prendre plaisir à posséder des boîtes de mouches ou de leurres avec des dizaines de modèles différents, on a le droit d’utiliser le dernier matos high-tech et une belle panoplie de pêcheur. Nous sommes tous passés par ces stades mais le plaisir qu’on y trouve est un plaisir social situé quelque part entre fétichisme et besoin de reconnaissance ; plaisir qui n’a pas grand-chose à voir avec le plaisir halieutique, ce dernier n’étant rien d’autre que la rencontre entre un homme et un animal au bord de l’eau. Tout ce qui vient s’intercaler entre l’homme et le poisson doit se faire oublier car il nous détourne de l’essentiel et réduit notre plaisir. CQFD.


C’est bien connu : pour le quidam les bons pêcheurs frôlent le génie et le génie se doit d’être difficilement compréhensible par le commun des mortels. Il ne doit pas être avare de tours et de détours qui conduisent au but rêvé… et qui, à l’occasion, en mettent plein les mirettes aux novices. La complexité semble un signe d’élection. Il faut des boîtes avec beaucoup de cases, une collection de modèles à faire pâlir un entomologiste systématique et permettant – en théorie – de couvrir toutes les positions du Kama-sutra halieutique.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->