EDITO Les rentiers de la turbine

 

J’avais prévu de me lâcher sur la nouvelle trouvaille des communicants de la Fédération Nationale de la Pêche en France qui est d’investir 1 million d’euros dans la caravane du tour de France, histoire d’y recruter de nouveaux pêcheurs (et pourquoi pas un coup du soir dans la grotte de Lourdes, une ouverture de la truite à la foire de Paris ou un alevinage en arcs dans les piscines municipales). Mais les menaces conjuguées que font peser la ministre de l’environnement, quelques sénateurs fraîchement repeints en vert et les lobbys hydrauliques qui animent ces marionnettes d’Etat, sur nos pauvres rivières de France m’obligent à me déclarer solidaire de ceux qui nous représentent. (Même si je n’irai pas jusqu’à les suivre dans le Tourmalet.) Pour faire simple, l’une s’apprête à “sauver” des barrages inutiles dont le seul mérite est d’empêcher les saumons de remonter la Sélune, tandis que les autres ont le culot de décider que tout barrage ou moulin est une oeuvre d’art qui appartient au patrimoine culturel de la Nation et qu’elle est à ce titre intouchable. Tout cela au nom d’une pseudo transition énergétique qui vise à transformer le château d’eau de la France en désert biotique pour le meilleur profit des nouveaux rentiers de la turbine. Hélas je ne vois qu’un moyen de stopper tout cela : il faudrait que du coté de la montagne Sainte-Geneviève, Madame Royal nous construise un barrage qui engloutisse le Sénat.

 

Cet Edito est tiré du magazine pêches sportives n°107 : ” les plus grosses truites du monde

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->