Dopez vos leurres ! 1. Les leurres durs

Si l’on trouve de nos jours d’excellents leurres, rien ne vous empêche de les traficoter un peu pour les rendre plus attractifs ou mieux finis. Cela permet parfois de sauver une journée de pêche ou de rendre un bon leurre vraiment adapté aux préférences des poissons de votre rivière ou de votre plan d’eau favori. Après les leurres souples, voici quelques idées pour les poissons-nageurs.

Si, comme nous l’avons vu dans notre dernier numéro, les leurres souples offrent un large panel de possibilités pour être modifiés, détournés de leur conception originelle, la marge de manoeuvre est beaucoup plus réduite avec les poissons nageurs. C’est bien normal car il est difficile d’intervenir sur le corps du leurre. En revanche, tout ce qui l’entoure offre un terrain d’expérimentations. Le but étant dans un premier temps de rendre le leurre plus apte à capturer des poissons. Certains leurres, forts recommandables au demeurant sont parfois vendus avec des hameçons qui piquent comme mon genoux. C’est le cas du CWC Buster Jerk. En effet, le célèbre gros leurre suédois mérite beaucoup mieux que ses hameçons d’un autre âge. Idem pour l’excellent lipless Berkley Frenzy ou pour une autre référence suédoise, le fameux Zalt. Allez hop, on change tout ça ! Et pendant qu’on y est, pourquoi ne pas tenter d’ajouter un petit teaser sur l’un des hameçons triples. Sur un jerkbait, on choisira celui de queue car il se place dans l’axe du leurre.

Avec quelques plumes, un portebobine, on peut facilement ajouter une touche de couleur. Cet hameçon-mouche a aussi pour rôle de maintenir l’hameçon en position horizontale lorsque le leurre évolue à faible vitesse. Les jours, où les brochets sont timides, ils peuvent suivre longuement les leurres et les prendre du bout du bec au ralenti.

 

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->