Covid : la pêche est désormais interdite même à moins d’un kilomètre de chez soi

C’est officiel et cela met fin à une incertitude, qui, depuis le début du re-confinement, planait sur l’activité pêche. Le 13 novembre, le ministère de la Transition Ecologique a prévenu tous les préfets de l’hexagone pour leur signifier que la pêche serait désormais interdite y compris dans le cadre restreint, limité à une heure et moins d’un kilomètre de chez soi. Les gardes pêche assermentés peuvent aller sur le terrain pour veiller au respect de cette règle.

En revanche, la pêche professionnelle, qui elle dépend du ministère de l’Agriculture, reste autorisée.  Encore une belle occasion de montrer qu’il y a deux poids et deux mesures dans la gestion des confinements. Si la pêche de loisir est un passe-temps pour ceux qui la pratiquent, de nombreuses personnes vivent de cette activité (détaillants, guides, fabricants, importateurs). Et ceux-ci sont beaucoup plus nombreux que les 400 pêcheurs professionnels que compte le territoire. Un pêcheur pratiquant seul n’est en rien un danger pour autrui. Il l’est beaucoup moins que les millions de gens qui vont faire leurs courses dans les supermarchés… Les chasseurs eux ont obtenu le droit de chasser le grand gibier pendant ce confinement. Mais il est vrai qu’ils avaient un alibi en béton : la pression de l’ONF et des agriculteurs sur les ministères qui craignent des dégâts sur les jeunes arbres et les cultures si ces animaux ne sont pas régulés. Que les cormorans et les pêcheurs pros pillent les eaux douces, est-ce un alibi suffisant ? Un simple prétexte ? Il serait urgent que nos instances nationales défendent les droits des pêcheurs à la ligne.

 

PARTAGER l’ARTICLE

2 commentaires

  • novembre 23, 2020

    Mickael

    Tout a fait d.accord.
    Quelle blague.
    Que font nos fédérations???? Ils servent à quoi?

  • novembre 18, 2020

    BARAN Dominique

    Non les pêcheurs pro ne pillent pas systématiquement les cours d’eau. Il faut arrêter de dire n’importe quoi. Parlez en avec mon frère (Philippe Baran) qui est hydrobiologiste et qui a travaillé aux côtés de pêcheurs professionnels sur la Loire par exemple ! Nous avons tous besoin d’être unis en ce moment et ce n’est pas en se montant les uns contre les autres que l’on va avancer !Les problèmes de nos cours d’eau ne viennent pas des pêcheurs professionnels, d’ailleurs de moins en moins nombreux, ils sont ailleurs et vous les connaissez parfaitement (la liste est longue).

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->