Comment bien monter les mouches de légende. 11. L’ATE E’Mai d’André Terrier

Septième et dernière étape du montage des mouches de légende.

Cette rubrique se destine au montage des mouches célèbres, aux indémodables modèles qui, aujourd’hui comme hier, font partie des incontournables que tout un chacun doit savoir monter convenablement. Ces mouches de légende font souvent appel à un tour de main très particulier, sans lequel il est impossible d’obtenir un résultat conforme à l’original.

Avec le temps, ce qui apparaissait comme novateur il y a trente ans fait désormais partie de la légende. Lorsque les Mouches Devaux proposèrent aux pêcheurs la collection d’artificielles d’André Terrier, personne ne se doutait que cela allait révolutionner le petit monde de la pêche à la mouche sèche. Plus encore que ses séries de nymphes, sa série ATE (André Terrier émergentes) était pour l’époque, la fin des années 1980, unique en son genre. Des montages qui flottaient bas, collés à la surface, dont la plume de CDC, certes connue, mais utilisée différemment, permettait des montages interdits aux plumes de coqs. La série ATE a donc marqué l’histoire de la mouche artificielle professionnelle en France et dans les pays voisins, car à l’époque, même si Internet n’existait pas, la renommée des mouches artificielles d’Aimé Devaux était internationale.

Ces mouches ont influencé les générations de pêcheurs qui ont suivi jusqu’à nos jours. La plupart des modèles ATE possèdent un “tag” un peu provocateur qui ciblait en priorité les ombres. Cette ATE E’Mai en revanche est clairement destinée aux truites et se borne à imiter l’insecte. Cette collection figure toujours au catalogue des Mouches Devaux. Le montage de cette émergente de mouche de mai n’a rien de compliqué, mais demande de trouver les bons matériaux : duflanc de canard colvert mâle pour les cerques, du dubbing de masque de lièvre beige/roux (il faut faire le mélange soit même), du CDC bleuté (un certain bleu…) et une plume de perdrix grise teintée à l’acide picrique à 2 %. Le tout monté sur un hameçon n° 12 Kamasan B 401. Il est d’ailleurs étonnant de constater que cette collection était sans doute l’une des premières sinon la première à utiliser des hameçons japonais à affutage chimique, ce qui permettait de pêcher beaucoup plus fin qu’avec les modèles en fer forgé.

1. Prendre un hameçon Kamasan B 401 n°12 et commencer l’enroulement d’un fil de montage noir. Fixer

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->