Carpe diem

  • 110A Carpe

    Commune, miroir ou cuir, les trois espèces de carpes sont présentes dans nos cours d’eau. En été, leur pêche à vue s’avère passionnante.

  • 110B Carpe

    Côté matériel, place aux cannes pour soie n° 9 ou même 10 pour une longueur passe-partout de 9 pieds. Les carpes ont en effet tendance à chercher l’obstacle et il faut essayer de les contrer.

  • 110C Carpe

    Exemples de mouches utilisées par l’auteur. Elles sont lancées hors de la vue des poissons, puis animées sur le fond pour attirer l’attention. Les pattes en latex sont alors très attractives, tout comme le marabout, le poil de lapin ou d’opossum. A l’inverse, les imitation de vers de vase ne jouent que sur le côté visuel.

Pendant les vacances, loin des rivières à truite, ou lors du prochain épisode de canicule, pourquoi ne pas tenter de prendre des carpes à la mouche ? Par niveau bas des rivières, les carpes peuvent se pêcher à vue avec des mouches spécifiques, à condition de respecter quelques principes propres à ces poissons à la fois méfiants mais curieux.

Dans bien des rivières, pêcher la truite en été relève dorénavant de la gageure ou pire d’un acte irresponsable pour les pêcheurs qui pratiquent le no-kill. En effet et malheureusement de plus en plus tôt, parfois dès la mi-juin, les truites se trouvent dans des conditions de survie. Cela est particulièrement vrai pour l’aval des grands cours d’eau, là où la truite cohabite avec de nombreuses espèces. Plutôt que de ranger la canne, cette période peut-être très propice à la recherche d’espèces souvent délaissées, notamment dans ces secteurs et qui peuvent parfois être fort bien représentées et offrir mieux qu’une alternative. Au premier rang de ces espèces, la carpe figure en bonne place. Quasi invisible par niveau d’eau haut à moyen, les basses eaux révèlent souvent de petites populations, certes localisées mais qui permettent une pêche spécifique.

Ces carpes, la plupart du temps des communes, sont des poissons élancés, habitués aux courants et qui offrent de beaux combats. Ces portions de cours d’eau sont généralement claires et la pêche à vue y est reine. Si des carpes sont présentes, elles seront faciles à localiser. Votre recherche devra s’orienter préférentiellement vers les secteurs les plus lents, pas nécessairement les plus profonds. S’il y a un arbre noyé, c’est sûrement le poste idéal pour les trouver en train de dorer au soleil, en surface au milieu des branches. Même si la vue de ces poissons peut être excitante, elles sont rarement mordeuses dans ces conditions et il vaut mieux les trouver en activité sur un haut-fond ou simplement en maraude. Pour les habitués des pêches à vue de la truite, il n’y a guère de différence. Sous leurs airs nonchalants, les carpes sont des poissons très méfiants. Une fois alertées, regagner leur confiance peut s’avérer bien compliqué !

PARTAGER l’ARTICLE

1 commentaire

  • août 9, 2020

    Pêche sportive

    Merci pour cet extrait de l’article du 8’6 n°10. La pêche de la carpe à la mouche est passionnante et pour moi est un type de pêche sportive.

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->