Brochets et autres carnassiers de Zwolle

  • 72A broc metre 2
  • 72B aspe zwolle
  • 72C capre 2 zwolle
Notez ce produit

Réputée depuis belle lurette pour ses carnassiers, la Hollande continue de faire rêver les pêcheurs. Facilement accessible par divers moyens de transports, ce petit pays propose des conditions de pêche très variées sur une surface d’eau immense. Petit tour du côté de Zwolle, loin des spots à la mode de l’est du pays.

De la Hollande, les pêcheurs français connaissent les polders, ces canaux rectilignes, réputés pour leurs belles populations de brochets. Les polders sont des terres gagnées sur l’eau. Territoire restreint de la taille de la Bourgogne, la Hollande compte aujourd’hui 16 millions d’habitants. Et c’est sur l’eau, omniprésente, que le pays gagne du terrain. Et cela donne des centaines de canaux, généralement petits, tous reliés les uns aux autres. Ces eaux riches en végétaux grouillent de gardons, brèmes, carpes, perches et brochets. La région de Zwolle, à une centaine de kilomètres au sud d’Amsterdam, n’est pas la plus connue pour la pêche, car les pêcheurs français, hollandais, belges ou allemands fréquentent surtout les grands estuaires du Rhin, dans la partie occidentale du pays. Les grands lacs d’Haringvliet, du Volkerak ou du Holland Diep sont excellents pour la pêche des carnassiers, mais ces grands milieux sont aussi très exposés au vent. Certains jours et même certaines semaines, la plupart des bateaux restent cloués à quai, en attendant que la soufflerie baisse d’intensité. Pour être tranquille, il faut un bateau d’au moins 18 pieds à hauts francs bords, ce qui n’est pas donné à tout le monde, et avec un moteur électrique puissant, si possible en 24 volts. Bref, la grosse artillerie.
A Zwolle, la pêche est toute autre. Des canaux où l’on peut pratiquer la pêche à pied, à la mouche ou aux leurres, mais aussi trois rivières. La Vecht, la Zwarte et l’Ijssel, le bras le plus oriental du Rhin. Ces trois cours d’eau sont praticables par tous les temps, y compris par un vent de plus de 60 km/h. Le plus gros risque dans ces cas-là est de prendre un arbre sur la tête, mais il sont plutôt rares au bord de l’eau. La Zwarte et l’Ijssel sont quasiment des fleuves, car il se jettent dans des lacs en communication avec des milieux saumâtres.

De fabuleuses rivières écoles

De ces trois cours d’eau, la Zwarte et la Vecht sont les plus faciles à pêcher. Le courant est très lent par niveau normal, et monte à 2 km/h par une crue d’ampleur moyenne. Leurs eaux sont relativement peu  pêchées. Elles sont peuplées de poissons blancs dont l’aspe, de perches, de sandres et de brochets. Pour autant, ce n’est pas une pisciculture où il suffit de lancer un leurre pour prendre un poisson. Ça reste de la vraie pêche, avec des vrais poissons qui parfois sont très réceptifs aux leurres et aux mouches, parfois moins. Ce n’est finalement là que la vie normale d’une rivière. Mais globalement, peu de cours d’eau en Europe offrent la possibilité de pratiquer autant de techniques. En Hollande, la pêche des carnassiers ouvre début juin et ferme fin mars. Les meilleurs mois pour la pêche du brochet sont juin, début juillet tant que l’eau n’atteint pas 22 à 23 °C (au-delà, les brochets s’arrête, comme partout, de mordre), et reprend en septembre et octobre. En novembre, les herbiers disparaissent, l’eau se trouble avec les crues, et les poissons rentrent dans les ballastières.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Commenter avec wordpress

Vous devez vous CONNECTER Pour poster un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->