Bonnes feuilles : Les bracos du dico

Ce dictionnaire insolent de la pêche est le premier du genre. On le doit à Daniel Taboury et Thierry Dubosclard qui connaissent mieux que d’autres toutes les significations du mot pêche. Leurs définitions ne respectent pas grand chose. A lire avant de s’endormir comme le “petit Robert” (quand le pluriel n’est pas de mise.)

Alevin, ceux issus des races dites nobles sont élevés dans des centres de sélection avant d’être introduits par nuées innombrables dans les milieux naturels. Hélas, la faune y régnant et l’insalubrité condamnent ces bébés poissons, tandis que les déversements, fort onéreux, sont de plus en plus discutés. À titre d’exemple, si les milliards de milliards d’alevins de truite fario précipités à la baille avaient connu une croissance normale, il aurait fallu remettre de l’eau dans les ruisseaux et rivières.

Anneau, fixé sur la canne en nombre variable, l’anneau doit faciliter le coulissement du fil. En réalité, quelle que soit sa forme, leur positionnement, le type de matériau choisi pour leur réalisation, ils sont une source permanente d’ennuis. L’anneau scie avec traîtrise le nylon ; le fil boucle autour de lui ; il y congèle quelquefois. L’anneau, symbole de mariage, s’avère instrument de désunion. Il est à même de se désolidariser de son support. Il se laisse écraser sans opposer de résistance. Il se tord tout simplement parfois. Attention : des cannes à pêche sont commercialisées sans anneaux extérieurs ! Perfide artifice : masqués, dissimulés dans le corps des cannes, les anneaux sont responsables de nombre d’états dépressifs.

Arc-en-ciel, variété de truites. Ah ! Si elle pouvait se reproduire dans nos eaux. Introduit à la fin du XIXe s., ce beau sujet d’Amérique du Nord offre une remarquable combativité en bout de ligne. Docile en élevage, sa croissance est remarquable. Hélas, précipitée dans des milieux souvent hostiles, l’arc-en-ciel éprouve de telles difficultés d’adaptation qu’elle se suicide. Soit le jour même de son introduction, quand un pêcheur l’y invite, soit en s’abandonnant au courant qui l’entraîne. Si.

Black-bass, poisson d’origine américaine aux remarquables qualités de gymnaste. Ses sauts, ses chandelles et diverses autres acrobaties ont établi son renom. Capricieux, il n’aime que les eaux tempérées. Les femmes, qui apprécient son aptitude à demeurer au foyer pour élever les enfants, le donnent en exemple. Avec le réchauffement climatique, l’essor du Bass est inéluctable.

Bord, « mieux vaut se retrouver au bord de l’eau qu’au bord de la ruine », affirme avec une infinie sagesse le proverbe qatari. Les avancées du libéralisme économique ont désormais rendu plausible la combinaison de ces deux suppositions.

Casse, toujours du siècle. Toute casse du fil se produisant en l’absence d’un témoin digne de foi prête ensuite à une interprétation fabuleuse. Le récit de ces exploits supposés, de ces combats homériques au cours desquels la bête triomphe, contribue à la légende et montre enfin que nos eaux sont peuplées de monstres en puissance. Nous touchons là aux raisons les plus intimes, les plus lointaines, les plus exquises qui poussent le pêcheur à pêcher.

Club (halieutique), association commercialisant plus ou moins du vent. « Si les impostures réussissent, c’est que le peuple est stupide. » Gabriel Naudé.

Habitat, substantif le plus souvent associé à dégradé. On dégrade beau.

Patience, présentée comme vertu cardinale du pêcheur ; il serait capable de passer des heures à fixer un flotteur immobile autant que lui-même. C’est une idée reçue. Il glande souverainement, voilà tout. Ou bien il cuve. Parfois, il n’attend rien. « Les gardes rouges interdisaient la pêche à la ligne sur les lacs de Pékin, activité qui incline à la méditation, à la contemplation donc antisocialiste. » Denis Tillinaccoup Pisciculteur, métier d’avenir.

Saumonite, infection grave que les barrages ont éradiquée.

Vairon, capture initiale, elle peut permettre de signer un bail avec tous les autres poissons. Indicateur de qualité des eaux, le vairon pique son fard en période d’amours (LOL). En user comme appât – mort ou vif – c’est un peu trahir son enfance.

Waders, le scaphandre ne permet pas d’évoluer aisément et complique l’action de pêche. En conséquence, les waders sont préférables. Ainsi équipé, le pêcheur entrera dans l’eau jusqu’à la taille, voire au-delà, avant qu’une fuite invisible à l’oeil nu ne transforme la combinaison en sas humide. La chaleur du corps n’est pas toujours suffisante pour permettre un bain-marie (MDR).

X, le diamètre de la queue-de-rat et les films mettant en scène des réparateurs d’équipements électroménagers sont ainsi classés.

Le Dictionnaire insolent de la pêche est disponible dans la partie boutique de ce site.

 

 

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->