Bonnes Feuilles. La pêche du brochet à la mouche

  • auteur-livre-peche-brochet-a-la-mouche

    Jacky Roehrig est l’auteur d’un livre très attendu sur la pêche du brochet à la mouche, une technique longtemps restée marginale, mais qui intéresse de plus en plus de pêcheurs depuis peu.

  • cannes-soie
  • panier-de-lancer

    L’ouvrage donne d’excellents conseils pour éviter les tracasseries au bord de l’eau !

La pêche du brochet à la mouche connaît actuellement un formidable essor. Les pêcheurs à la mouche redécouvrent pour certains les coins de pêche en seconde catégorie de leur enfance, mais avec une toute autre approche. Cette recherche du brochet n’est pas qu’une affaire de “chapeaux à plumes” mais au contraire une méthode très efficace qui supplante régulièrement la pêche aux leurres, notamment par la prise des plus grands spécimens. Paru récemment aux Editions du Gerfaut La pêche du brochet à la mouche est un livre qui tombe à point nommé à un moment où cette pêche connaît une véritable révolution au niveau du matériel et des modèles de mouches. L’auteur, Jacky Roehrig est bien connu des pêcheurs vosgiens. Excellent pêcheur de truite et d’ombre, il traque également le brochet à la mouche depuis longtemps en France et à l’étranger. Voici quelques bonnes feuilles de ce très bon livre que vous pouvez retrouver sur notre espace boutique sur notre site. Nous avons choisi de publier un extrait du chapitre consacré aux soies. 

 Les soies

Plus que le moulinet chargé de la recevoir, la ligne à mouche, ou soie, mérite une certaine attention. Elle assume une double fonction : propulser les streamers et les faire évoluer à la profondeur où les brochets se tiennent embusqués.

Les numéros et les profils

Les numéros de soies à employer doivent être en adéquation avec la puissance des cannes, c’est-à-dire dans une fourchette comprise entre 7 et 10 selon les contextes de pêche et la taille des leurres utilisés. La question du profil, quant à elle, demande que l’on s’y intéresse de près. Les lignes destinées au brochet à la mouche présentent une morphologie particulière avec un fuseau plutôt dodu, très ramassé vers la pointe. C’est ce qui permet de charger très rapidement la canne et d’expédier facilement des mouches volumineuses et assez lourdes. Ce profil décentré est noté « WF » (Weight Forward), mention signifiant que le poids de la ligne est concentré sur l’avant. À mes débuts, il n’était pas aisé de trouver des soies de ce type et il fallait parfois bricoler sa ligne soi-même pour obtenir le profil adéquat. Désormais, la pêche du brochet au fouet est entrée dans les moeurs, l’offre s’est considérablement étoffée et on dispose de lignes spécifiques, parfaitement adaptées à cette technique. On les trouve sous la dénomination de “Pike Taper”. Toutefois, certains modèles prévus pour les prédateurs marins peuvent convenir.

Les densités

La recherche du brochet suppose des lignes de différentes densités afin d’explorer les couches d’eau où il se tient. Et il est impossible de faire l’économie de cet investissement initial si l’on veut pêcher efficacement.

 

Cliquez sur la couverture ci-dessous pour en savoir plus et vous le procurer :

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->