Be-On-Ssil, le dessous des cartes !

La nouvelle va faire grand bruit, car personne ne s’attendait à ce que soit proposée aux pêcheurs la cartographie avec une qualité professionnelle des fonds de nos lacs et de nos rivières. Et ce, par une entreprise française.

Le mois d’avril approchant, nous avons d’abord cru à un canular. Puis, réflexion faite, nous nous sommes dit qu’avec les prouesses dont sont capables les derniers échosondeurs, des petits malins essayaient de vendre leurs propres cartographies des fonds subaquatiques. Pourquoi pas, mais quelque chose ne collait pas. Même avec le meilleur échosondeur de pêche du marché, on ne propose pas un fleuve entier ni toutes les rivières d’un pays ! Pour planter le décor, nos amis nous ont donné un indice : “Quand vous achetez un bateau, il arrive qu’on vous offre un échosondeur… Nous, quand on achète un échosondeur, on nous offre le bateau… Vous comprenez ?” Voilà qui est parfaitement clair et cela débouche sur un travail de titan, d’une grande précision (environ 10 cm), que l’on peut consulter sur son smartphone ou sa tablette. A l’heure où les échosondeurs dédiés à la pêche proposent de faire ses propres cartes moyennant un processus complexe, coûteux et chronophage, l’option Be-On- Ssil permet de gagner beaucoup de temps et avec un résultat bien plus précis. Présentation en image d’un procédé qui risque de révolutionner la pêche en lac, en grandes rivières et en fleuves, même si ce ne sera jamais la carte qui prendra les poissons à votre place. A vous d’utiliser ces cartes pour établir une stratégie en fonction de la saison, de l’espèce recherchée ou de la technique à utiliser. Les pêcheurs de carnassiers et de carpes n’osaient pas rêver d’un tel outil, mais désormais il existe. Le succès de cette entreprise qui a beaucoup investi repose sur la demande des pêcheurs. Mais à n’en pas douter, elle devrait être au rendezvous. Découverte de ce qu’il faut bien appeler une première avec “Pêchouille” (c’est son pseudo bien connu des pêcheurs de carpes et de silures), à l’origine du projet.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->