Réglementation dans le Doubs et le Jura, le no-kill s’impose finalement

Après de longues semaines d’attente, après avis des
services de l’Etat, des associations, du Collectif SOS Loue & Rivières
Comtoises, les arrêtés préfectoraux concernant la pêche dans les départements
touchés par les pollutions des années dernières ont joué la prudence et c’est
très bien comme cela. Localement, certains souhaitaient pouvoir prélever comme
au bon vieux temps et il a fallu se battre pour tenter de préserver ce qui peut
l’être.

Ainsi, la pêche sur la basse Bienne (23 km entre le
barrage d’Etables à Saint-Claude et le pont au niveau des carrières Di Lena),
fermée depuis deux ans, sera à nouveau ouverte, mais en no-kill intégral. Le
risque était en effet très grand de voir les stocks de truites disparaîtrent
comme neige au soleil en cas de prélèvement. Idem en ce qui concerne le
maintient du parcours no-kill sur l’Ain entre le bief de l’œuf et l’ancien
barrage du Mesnois (parcours situé entre Marigny/Ain et le lac de Vouglans sur
plus de 15 km). Dans le département du Doubs, l’arrêté préfectoral reconduit
concernant la Loue, stipule également qu’il est interdit de garder les ombres
et les truites farios : “Sur
le tronçon de la rivière la Loue et sur l’ensemble de ses affluents et
sous-affluents, de sa source à la confluence avec la Furieuse, la pêche n’est
permise qu’à l’aide d’hameçons sans ardillon ou avec ardillons écrasés. En cas
de capture, les espèces truite fario et ombre commun devront être immédiatement
remises à l’eau, vivantes, sans distinction de taille
”.

Si l’on peut se réjouir d’un tel souci de protection, cela
ne doit pas voiler la face d’une situation qui reste très fragile. Les souches
de truites et d’ombres sauvages de la Loue sont quasiment perdues dans une
indifférence générale. Les populations de la haute Loue, constituées en grande
partie de poissons d’élevages d’origines diverses apparaissent comme un avant
goût du pauvre avenir de la rivière.

En
revanche, pour la deuxième année consécutive, le niveau de la Loue durant
l’automne et le début de l’hiver s’est avéré favorable à de bonnes conditions
pour la reproduction.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->