La pêche du bar au leurre souple en profondeur

Cet article traite des pêches lourdes pratiquées à la verticale d’un bateau dans des profondeurs de 20 mètres et plus. Cette technique demande un matériel particulier : cannes, moulinets, tresses, leurres et têtes plombées… et pas mal d’application, mais le jeu en vaut la chandelle.

Par Philippe Collet

Les cannes

Les cannes doivent être tactiles et rapides tout en supportant la traction sur des têtes plombées lourdes, de plus ou moins 100 grammes. Elles doivent avoir suffisamment de réserve de puissance pour extraire de gros poissons des obstacles, dans des fonds et des courants importants. Ces cannes doivent toutefois rester légères pour ne pas être trop fatigantes. Leur taille se situe entre 1,80 m et 2,20 m, ce qui évite un bras de levier trop important et fatigant. Elles sont souvent monobrins pour garder toute leur puissance, avec une poignée démontable pour minimiser leur encombrement. Le choix du haut ou du bas de la fourchette de longueur est une question de goût personnel et de façon de pêcher. J’ai tendance à préférer une canne d’environ 2,10 m pour me sentir plus à l’aise dans mes animations et ma perception du fond. Une telle taille me permet de contourner plus facilement l’avant ou l’arrière du bateau en cas de passage en dessous, voire d’accrochage à ce moment là.
Certains pêcheurs bien plus avertis que moi ne jurent que par des cannes de 1,90 m, mais il ne semble pas y avoir de règle tant que l’on reste dans une fourchette de tailles raisonnables. Selon le type de pêches au leurre souples pratiquées on privilégiera des cannes plus ou moins fortes. Certaines cannes sont ultra spécialisées, d’autres plus polyvalentes. Il est même possible de pêcher avec les cannes traditionnelles (non mentionnées ici) destinées à la pêche aux leurres souples ou durs du bar. Beaucoup plus légères, elles risqueront toutefois la casse et amortiront considérablement les animations qu’elles ne pourront retranscrire en totalité.


La pêche en casting

Les cannes de casting (moulinet à tambour tournant) ont fait leur apparition en mer, notamment pour cette pêche particulière.
Certaines ont des anneaux montés en spirale pour éviter la casse du blank par vrillage de la fibre. Les moulinets qui les équipent permettent de laisser filer la tête plombée en débrayant la bobine jusqu’à toucher le fond. Avec ces moulinets le contact avec le fond demeure bien visible. Au mieux, la bobine s’arrête avant de redémarrer doucement sous l’effet d’un courant modéré. Au pire, dans les courants violents, le fil saute d’un centimètre environ à l’intérieur du moulinet sans que l’on puisse vraiment percevoir d’arrêt de la bobine. Il convient alors d’embrayer cette dernière et de décoller le leurre du fond. La pêche en casting permet de facilement détecter les touches à la descente car le fil reste tendu et de cette façon, transmet de nombreuses informations. Le ferrage peut intervenir plus rapidement avec un tambour tournant en bloquant la bobine avec le pouce ou en la réenclenchant à la manivelle mais ce n’est pas forcément le plus important.
Avec ce type de matériel, le frein de lancer doit être réglé correctement : suffisamment dur pour éviter l’emballement, suffisamment doux pour ne pas trop freiner la descente. Le leurre n’aura pas la même nage descendante que s’il est en chute libre avec un moulinet à tambour fixe ouvert. Il ira moins vite ce qui peut parfois faire la différence. Certains inconditionnels du tambour fixe diront qu’ils contrôlent parfaitement la descente de leur leurre et sentent les touches pouvant se produire à ce moment là. Il s’agit de personnes habituées à laisser filer leur ligne entre le pouce et l’index, ce qui semble être un exercice un peu plus difficile. Le tambour tournant présente l’avantage de la solidité et de la légèreté. Ce type de moulinet s’use moins vite qu’un moulinet à tambour fixe. La retransmission des touches est aussi plus directe avec un minimum de renvois d’angles. Les cannes sont très tactiles et permettent un contact direct de la main sur le blank. L’inconvénient des moulinets de casting est leurs faibles ratios, souvent inférieurs à 60 cm par tour de manivelle. Il convient de rechercher un moulinet permettant de ramener 70 à 80 cm par tour de manivelle, mais ce n’est pas un exercice encore très facile. Pour les moulinets à tambour fixe, il convient de les prévoir solides et fiables (car ils sont sollicités) mais toutefois, légers, un modèle 4000 à 6000 convient parfaitement. Le moulinet doit bien équilibrer la canne.

De la tresse à jigger

Pour cette pêche, la question du nylon ou de la tresse ne se pose pas. La tresse est indispensable pour maintenir son leurre dans des fonds importants malgré le courant. Les tresses, d’un diamètre de 15 à 25/100, demeurent très solides, elles fendent plus facilement le courant et permettent une retransmission de nombreuses informations, notamment le contact avec le fond.
Certains fabricants proposent des tresses à jigger multicolores. Des marquages de différentes couleurs tous les 1,5 ou 10 mètres, permettent la visualisation précise de la profondeur de pêche. C’est un atout considérable surtout lorsqu’on pêche des roches qui remontent rapidement (exemple passage de 40 à 20 mètres). La tresse est prolongée de 1,5 à 2 mètres de fluorocarbone de 40 à 60 /100, choisi pour sa résistance à l’abrasion et son invisibilité. Le leurre est fixé, soit grâce à une agrafe solide, soit en direct avec un noeud lorsqu’on s’accroche souvent ou que la pêche ne demande pas un changement fréquent de taille de têtes plombées.


Les tresse à jigger du marché (liste non exhaustive)

Daiwa : Tresse Tournament Accu Depth Multicolor, 15, 20, 30 lbs, marquée tous les mètre et 5 mètres avec une couleur différente tous les 10 mètres.
Varivas : Tresse Varivas Avani Jigging 10*10, 23 lbs, 35 lbs, une couleur différente tous les 10 mètres.
Distribution Way Of Fishing

L’utilisation de l’électronique

Cette pêche qui permet d’aller chercher les poissons dans leur repère nécessite beaucoup de précision et laisse peu de place à l’improvisation. Lorsqu’on pêche des têtes de roches ou des cassures profondes et invisibles depuis la surface, il est impossible de s’en sortir en aveugle sans casse. Une brusque remontée de plusieurs mètres est sanctionnée par un inévitable accrochage. La simple lecture de la profondeur à l’échosondeur peut permettre de limiter les dégâts, en réagissant très vite, à condition que le montage ne devance pas le bateau. Un GPS permettra de réellement anticiper la remontée ou ladescente du leurre le long des obstacles en surveillant sa position sur une carte intégrée ou en visualisant les points enregistrés lors de précédentes dérives et souvent en faisant les deux. Les secteurs les plus chaotiques sont bien sur les plus prolifiques, la réussite de cette pêche réside dans la capacité du pêcheur à frôler les obstacles pour y trouver des poissons embusqués.
Lorsqu’ils chassent, les bars ou les lieux remontent dans la couche d’eau. Il est alors possible de les leurrer plus facilement en pêchant à distance des obstacles. Lorsqu’ils ne sont plus aussi mordeurs, voire lorsqu’ils sont apathiques, la précision est de rigueur. Seul un passage du leurre très précis est payant. C’est à ce moment là que les bons pêcheurs font la différence.

Les leurres et leur armement

Les leurres sont choisis parmi les gros leurres souples du marché. Armés de têtes plombées lourdes pesant de 60 à 200 grammes, ils doivent s’y adapter correctement. Il ne parait pas vraiment concevable d’armer une leurre de 10 cm avec une tête de 100 grammes. Un leurre de 15 cm conviendra mieux. Les fabricants proposent, depuis peu, de nombreux modèles de têtes plombées lourdes, pour répondre à la demande de cette technique spécifique. La moyenne des leurres utilisés se situe à environ 15 cm pour un poids de tête de 100 g. Le poids est adapté à la profondeur, mais surtout à la force du courant. On veillera toujours à trouver le meilleur compromis, contact avec le fond/poids du leurre. Les meilleurs pêcheurs dans cette technique allègent progressivement leurs montages. Les leurres n’ont pas tous la même forme. Les formes shad sont les plus utilisées pour le signal qu’elles émettent, elles descendent moins vite que les autres, à poids de tête égal, car leur caudale pousse beaucoup d’eau. Il ne faut pas négliger les formes slug ou finesse qui peuvent parfois être plus attractifs. Des têtes plombées articulées sont proposées par de nombreux fabricants. Elles conviennent bien pour l’armement des shads auxquels elles donnent plus de souplesse et de fluidité dans la nage. Cette souplesse peut être préservée en utilisant des têtes fixes aux hameçons courts et bien ouverts (nouveaux hameçons VMC 7161 TI, hameçons Jigg 11 Decoy par exemple) proportionnées à la taille des leurres (5 ou 6/0 pour un leurre de 15 cm). Le leurre ne doit pas être bridé par l’hameçon sur plus du tiers de sa longueur.

L’action de pêche

L’action de pêche consiste à laisser descendre le leurre en contrôlant sa chute. Une fois le contact établi avec le fond il faut le décoller rapidement pour éviter l’accrochage. On peut alors animer le leurre avec la canne en la remontant puis la rabaissant pour retrouver le fond. S’il y a un peu de courant on perd rapidement le contact. Il faut donc redonner un peu de tresse pour retrouver le fond et ainsi de suite. Quand on a sorti trop de tresse et que la reprise de contact devient trop difficile, on remonte le leurre en surface pour recommencer l’opération. Le moulinet de casting permet de relâcher du fil très facilement par simple pression du pouce sur la gâchette, puis en bloquant, débloquant le dévidement de fil sur la bobine manuellement. Avec un tambour fixe, on rend du fil entre les doigts pick-up ouvert. Il faut essayer de ne pas pêcher sous le bateau mais plutôt derrière, car en cas d’accrochage, avec un frein réglé serré, les risques de casser la canne sont importants. Les dérives sont souvent très rapides et l’accrochage avec le fond s’apparente alors à l’accrochage d’une “locomotive”. Cette pêche permet l’exploration de fonds allant jusque plus de 60 mètres avec des têtes de plus de 200 grammes, plus elle est profonde, plus elle est technique, car le poisson occupe souvent des postes marqués avec de réels risques d’accrochage. Cette technique est gourmande en leurres mais elle permet de déloger de leur repaire de gros poissons peu sollicités. D’apparence grossière elle est en fait très subtile.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->