Gilets de sauvetage, des modèles pour les pêcheurs !

Peu utilisé par les pêcheurs faute de modèles adaptés disponibles sur le marché, le gilet de sauvetage n’est pourtant pas un luxe. Mais les temps changent et la société profil Nature propose deux modèles discrets et légers pour les pêcheurs en bateau ou depuis le bord.

Les pêcheurs que nous sommes ne portons pas souvent des gilets de sauvetage. Rares sont les photos, dans nos magazines spécialisés, de pêcheurs revêtant ce type de protection. Est-ce par peur du ridicule, sensation d’invulnérabilité, inconfort des modèles pendant longtemps proposés… Pourtant nous ne sommes pas à l’abri un jour d’une chute dans l’eau glacée, d’un malaise ou d’un accident. L’exemple récent d’un pêcheur tombé bêtement à l’eau lors d’une manoeuvre d’accrochage du bateau à une bouée de corps mort qui, coincé entre le bateau et la bouée, s’est évanoui sous la pression et a ensuite coulé à pic dans le courant sous les yeux de son ami impuissant à le secourir, ou l’exemple plus ancien d’un saumonier de ma connaissance habitué à pêcher seul, décédé lors d’un séjour en Norvège où il a été retrouvé échoué sur une gravière ou encore quelques expériences personnelles qui auraient pu mal finir m’ont incité à être plus prudent et à me protéger ainsi que ceux qui m’accompagnent. Nous n’avons plus aujourd’hui d’excuses, il existe sur le marché des produits adaptés, légers, peu encombrants et discrets aux environs de 100 euros (le prix de cinq beaux leurres). On est loin des gilets orange fluo qui vous donnent l’allure d’un bonhomme Michelin, condamnant l’accès à vos poches et entravant vos moindres mouvements. Les gilets à cartouche de gaz se sont aujourd’hui démocratisés, tout d’abord pour le nautisme puis maintenant pour notre activité.

Ces gilets peuvent avoir plusieurs modes de déclenchement. Le déclenchement manuel est le plus simple, il est d’ailleurs proposé sur tous les modèles. Il convient de tirer sur le cordonnet terminé par un bouton rouge ou jaune pour percuter la cartouche et gonfler la réserve de flottabilité. Les déclenchements automatiques à pastille de sel ou à déclencheur hydrostatique permettent quant à eux le gonflement du gilet si son porteur est inconscient. Les modèles à pastille de sel ne doivent pas être stockés à l’humidité ou trempés, car ils peuvent alors se déclencher de façon intempestive. Les modèles à déclencheur hydrostatique qui réagissent à la pression de l’eau sont plus fiables dans la durée. Il existe divers fournisseurs pour ce type de gilets, notamment chez les accastilleurs, à destination des plaisanciers. La société Profil Nature, quant à elle, propose des gilets de sauvetage à cartouche de gaz adaptés à la pêche. Ces derniers ont fait l’objet de deux années de recherche pour loger une flottabilité de 150 newtons dans un encombrement minimum (les gilets 150 newtons permettent le retournement d’une personne équipée d’un ciré en moins de cinq secondes et positionnent le porteur, même inconscient, sur le dos, voies respiratoires vers le ciel).

Les gilets proposés par Profil Nature sont courts (40 cm de hauteur), unitaille, et déclinés dans des coloris discrets : kaki pour le modèle manuel et noir pour le modèle à déclenchement hydrostatique. Ces gilets sont dotés d’un col Néoprène qui les rend très confortables. La petite taille des gilets permet de passer par-dessus une veste de wading courte, dont ils ne condamnent que les poches supérieures. Ils peuvent ainsi être portés indifféremment par un adulte ou un enfant. Pour qu’ils puissent se gonfler, les gilets doivent être portés pardessus les vêtements et non en dessous. Les gilets doivent être bien sûr fermés et bien ajustés, grâce une seule sangle facile à régler.
Le pêcheur en wading aura intérêt à privilégier un modèle à déclenchement manuel pour éviter l’ouverture du gilet pour un bain sans gravité. Tout pêcheur en wading pratiquant des rivières puissantes et/ou à lâchers de barrages devrait s’équiper de ce type de produit. Je viens d’acquérir deux modèles de ces gilets. Après des années sans, je compte bien m’habituer à les porter systématiquement en bateau ou en wading sur les rivières profondes. D’autant qu’une fois qu’on en a pris l’habitude, on oublie vite cet accessoire qui pèse à peine sur les épaules.
J’en profite ici pour lancer un appel aux gestionnaires de sites de pêche avec location de barques qui, sur le papier, imposent à leurs clients le port d’un gilet de sauvetage et ne proposent à ces derniers que des gilets impossibles à porter. Les réservoirs anglais et certains parcours français fournissent maintenant des gilets à cartouche beaucoup plus agréables à porter à leurs clients, qui les mettent alors réellement et sans rechigner.

P. C.

Renseignements :

Profil Nature
Moulin de Rollequin 02130, Fère-en-Tardenois
Tél. : 03 23 82 61 13.
www.profilnature.com

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->