Leurres souples sauce bling-bling !

Les tentatives de leurres “hybrides”, qui reprennent les avantages de plusieurs modèles, ne sont pas toujours des réussites. Mais lorsque des marques réputées développent la possibilité d’associer un shad à une palette de spinnerbait, les résultats sont là !

Par Jean-Marc Theusseret

Pour la pêche du brochet, le pêcheur lambda découvrait, il y a à peine dix ans, l’efficacité des spinnerbaits, ces drôles de leurres qui étaient si éloignés de notre culture halieutique. Nous connaissions les cuillers tournantes (qui ne les connaît pas ?) et savions donc qu’une palette qui tourne dans l’eau a toujours pris et prendra toujours des brochets. Piège parfait, une palette de cuiller est le leurre par excellence. Associer une palette de cuiller ou de spinnerbait à un leurre souple de type shad est une trouvaille que l’on doit aux pêcheurs de silures aux leurres. Les pêcheurs de silures recherchent des leurres qui vibrent beaucoup, surtout lorsque les rivières sont en crue. Associer les pulsations d’un gros shad aux éclats d’une palette ne peu donner qu’une bouchée généreuse aux carnassiers. Les pêcheurs de brochets ont pris la balle au rebond et on assiste cette année à un engouement particulier pour ces leurres étranges, mais tellement évidents.


Ce qu’apporte la palette

L’attrait d’une palette tournante sur un leurre n’est jamais anodin. Les spinnerbaits en sont l’exemple tout comme, dans un tout autre style, les chatterbaits. Le rôle d’une palette est double. Premièrement envoyer des éclats en permanence, dans tous les sens, et deuxièmement émettre des vibrations. A vrai dire, dans le cas qui nous concerne ici, il vaut mieux compter sur les éclats que sur les vibrations, car les palettes qui peuvent être associées à un shad sont de tailles modestes. Toute la subtilité de notre leurre réside dans la superposition de deux effets. Nous avons d’un côté les battements de la queue du shad et de l’autre les éclats de la palette. Alors, pourquoi ne pas pêcher tout simplement au spinnerbait plutôt que d’ajouter une palette sur un beau shad à peine sorti de son sachet ? Lesspinnerbaits sont de fabuleux leurres à brochets, mais ils ne permettent pas de pêcher partout.
La profondeur de pêche est très limitée avec ces leurres. En lac, un shad lesté à 14, 28, 40 ou 50 g reste un des rares choix possibles pour prospecter les couches profondes, car les poissons nageurs n’explorent pas les couches inférieures à seulement 5 mètres. Seuls les leurres métalliques de type jig proposent une alternative. En lac, mais aussi en cours d’eau profonds, l’emploi d’un shad se justifie donc pleinement.

Les palettes

Parmi les palettes permettant d’être associées à un shad, on trouve les deux formes classiques, la feuille de saule galbée et la palette ronde dite “colorado”. Cette dernière produit à taille égale des vibrations beaucoup plus importantes que sa cousine. C’est au niveau du système d’attache que l’on trouve des différences entre les palettes de spinnerbaits, avec leur émerillon et leur anneau brisé, et les palettes destinées à être ajoutées aux leurres souples, avec leur système spécifique en forme de ressort. Ce petit tirebouchon permet par vissage de fixer convenablement et solidement la palette sans détériorer le leurre. Ce système fonctionne très bien. L’idéal est de le placer sous le leurre en faisant attention que rien ne gêne l’action de la palette. Pour cela, la première partie du leurre (côté tête) constitue bien souvent l’endroit idéal. L’attache avec un émerillon est beaucoup moins polyvalente. Elle se destine à remplacer un hameçon en profitant de son oeillet, dans le cas de shads à armature interne et à hameçons externes. Une autre solution opportuniste consiste à placer la palette sur la courbure de l’hameçon simple de la tête plombée. Elle doit dans ce cas impérativement être bloquée par des stop-floats en silicone. Ce procédé n’est possible que si le leurre choisi dispose d’un autre hameçon, car les stop-floats et l’anneau brisé maintenus dans la courbure de l’hameçon risquent fort de favoriser le décrochage des poissons.

Les leurres à palette terminale

Storm et Biwaa ont choisi de mettre au point des leurres souples dont la caudale traditionnelle d’un shad est remplacée par une palette. Bien qu’il existe des différences notables entre l’action du Spin Tail Shad de chez Storm et du Divinator de Biwaa, dans les deux cas, ces leurres sont destinés à une prospection rapide des postes en power fishing. Le Divinator mesure 20,5 cm et pèse 55 g. Il a été spécialement conçu par les frères Alexandre, compétiteurs réputés pour la pêche du brochet en lac. Par son poids, il permet de pêcher en profondeur et sa taille est adaptée à la pêche du brochet. Derrière, la palette tourne et papillonne à ravir. Les possibilités d’animation sont assez restreintes mais ce n’est pas la priorité avec ce type de leurre, qui doit avant tout pouvoir se maintenir à une profondeur importante et couvrir du terrain. Ces leurres renouent avec les cuillers tournantes, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, tant elles restent efficaces et le seront probablement longtemps. Toujours est-il que ce concept propose un nouveau type de leurre pour une application qui restait à combler (pêche profonde en lac avec un leurre “souple” qui émet de fortes vibrations et permet de pêcher rapidement). Le gros modèle de Divinator devrait également intéresser les pêcheurs à la traîne en grands lacs.

Les évolutions à venir

Cet article, destiné aux leurres souples agrémentés de palettes de cuillers, ne mentionne pas l’existence, sur le même principe, des leurres durs à palette. Certains modèles de lipless ou de swimbaits disposent également d’une petite palette terminale (Lucky Craft Real Bait, Rat’L’Trap, King Kong, etc.). Alors, effet de mode ou atout supplémentaire pour les leurres ? Le fait que ce système fonctionne entraîne un effet de copiage (pas toujours réussi) des fabricants concurrents. Chaque marque proposera bientôt son shad à palette, comme elles ont toutes leur spinnerbait et plus récemment leur chatterbait. Ainsi va le monde…

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->