Voir les liens des sites amis
L'encyclopédie des mouches... qui pêchent (avec leur montage)
56 EUROS AU LIEU DE 59 € + FRAIS DE PORTS OFFERTS JUSQU'A ...
56.00 €
HISTOIRES DE PÊCHE N°1
Cette collection nouvelle se propose de publier les ...
15.00 €
De la pêche à la Nymphe. Seconde édition.
Philippe Boisson NOUVELLE EDITION ...
29.00 €
La nouvelle pêche aux leurres
Philippe Boisson Ce livre vous permet de mettre toutes ...
29.00 €

ACTUS

< Retour
Le 14/12/2011

Carnassier : de l'importance du bas de ligne

Divers
Imprimer
Envoyer le lien par email
Carnassier : de l'importance du bas de ligne
Depuis très longtemps, les bas de ligne destinés aux poissons carnassiers susceptibles de couper le nylon sont réalisés en acier. Avec le temps, les poissons se sont adaptés à ce système et aujourd'hui l'acier les fait fuir. Les fils de gros diamètre en fluorocarbone remplacent avantageusement l'acier. Alban Choinier nous explique comment et pourquoi.


Par Alban Choinier



Tous les poissons susceptibles d'être intéressés par un leurre, que ce soit en eau douce ou en mer s'adaptent à la pression de pêche. Le choix de la couleur, de la forme, du type ou de la vitesse de récupération a bien évidemment une énorme importance pour déjouer leur méfiance. Mais les poissons ne sont pas seulement focalisés sur le leurre, le bas de ligne entre aussi dans leur champ de vision. Les moucheurs l'ont bien compris et portent beaucoup d'intérêt à ces quelques mètres de nylon. Dans la pêche aux leurres, le choix du matériau qui sera devant le leurre a lui aussi une très grande importance.


EN MER


Le bar est l'espèce principalement recherchée par les pêcheurs aux leurres sur la côte française. La pêche de ce poisson a littéralement explosé ces cinq dernières années tant du côté de la pêche professionnelle que de la pêche récréative. D'une part le stock de poissons semble diminuer irrémédiablement, d'autre part la quantité de bars que prenaient les pêcheurs aux leurres il y a quelques années est souvent supérieure à ce qu'elle peut être aujourd'hui. Je suis intimement persuadé que ce phénomène n'est pas seulement dû à la diminution des effectifs. Les bars ont acquis au fil des années une réelle méfiance vis-à-vis de nos artifices.
Le problème de la confection d'un bas de ligne ne se posait pas quand les pêcheurs équipaient leur moulinet de nylon. Le leurre était simplement attaché au corps de ligne. Avec l'apparition des corps de ligne tressé, la situation change du tout au tout. Ce nouveau matériau est tellement performant (absence d'élasticité, finesse, résistance) que 90 % de pêcheurs l'ont adopté. J'ai été surpris de voir cet été au cours de parties de pêche sur notre littoral que de nombreux pêcheurs utilisant de la tresse ne confectionnent pas de bas de ligne. Ils montent leur leurre directement sur la tresse. Les corps de ligne tressés présentent de nombreux avantages, mais ils sont opaques et particulièrement visibles sous l'eau. J'ai eu l'occasion de plonger pour observer le travail des leurres sous l'eau. J'ai été très surpris par l'aspect que prend la tresse sous l'eau : c'est une véritable corde à linge. Aussi fine soit-elle, l'absence de discrétion est un handicap qu'il faut impérativement compenser. La meilleure astuce consiste à intercaler un bas de ligne d'un matériau transparent entre la tresse et le leurre. Ce matériau peut être soit un nylon translucide soit un fluorocarbone. À titre personnel, j'aurais un petit faible pour le fluorocarbone. Il présente de nombreux avantages sur le nylon : son indice de réfraction de la lumière est très proche de celui de l'eau (quasi invisible), il est étanche à l'eau et insensible aux UV (bon vieillissement) et ne possède aucune mémoire. Pour que le bénéfice de la discrétion soit réel, le brin de fluorocarbone doit mesurer environ un mètre. La liaison entre le bas de ligne et le corps de ligne est constituée par un noeud. En effet, seul un noeud peut passer dans les anneaux sans gêner la pêche. Le choix du diamètre du bas de ligne a de l'importance dans la traque du bar. L'aspect à ne pas négliger est l'absence d'élasticité de la tresse. Toutes les sollicitations mécaniques vont se concentrer sur la seule partie élastique de la ligne : le mètre de fluorocarbone. Il faut donc sur-dimensionner le diamètre du bas de ligne. Un 40/100 représente l'idéal. Cela peut sembler élevé compte tenu de la taille moyenne du poisson ciblé mais c'est totalement justifié. Le 40/100 est capable d'encaisser les rushs les plusviolents, la résistance à l'abrasion est très bonne (les moules et les huîtres sont des aimants à bar...), et sa relative raideur empêche le leurre de boucler dans le bas de ligne lors des rafales de vent. J'ai eu souvent l'occasion de pêcher cet été à côté de pêcheurs qui avaient monté leur leurre directement sur la tresse. Le phénomène était souvent le même, de nombreux poissons suivaient leurs leurres sans attaquer. Quand un bar fait trois ou quatre remous derrière votre leurre de surface sans jamais le toucher, je vous assure qu'il y a de quoi s'arracher les cheveux. Les bars se méfiaient de la tresse. Avec un simple mètre de fluorocarbone le résultat était différent.


EN EAU DOUCE


Que ce soit en rivière ou en étang, les avantages et les inconvénients de la tresse sont exactement les mêmes qu'en mer. Nous pêchons rarement dans des eaux boueuses et il ne faut pas sous-estimer la vision des poissons. D'autant plus que la pression de pêche est souvent inversement proportionnelle au nombre de poissons. En dehors de la recherche spécifique de la truite ou du black bass, nous sommes susceptibles de capturer un brochet à chaque fois que nous mettons un leurre à l'eau. Bien évidemment, personne ne s'en plaindra ! Par contre, le brochet est équipé de 700 dents particulièrement aiguisées. La pêche du brochet est associée à l'utilisation systématique d'un bas de ligne en acier. La technique traditionnelle en France était un gros vif attaché par un bas de ligne en acier de 15 kg (on ne sait jamais, il paraît que les requins bouledogue remontent en eau douce) remuant sous un bouchon. Avec tant de subtilité, le brochet avalait profondément le vif. Dans ce cas précis, un bas de ligne en acier se justifiait. D'autant plus que la capture d'un brochet était profondément associée à la nourriture. La problématique est actuellement différente. La pêche est un sport et non plus un moyen de subsistance. Nous pouvons nous permettre l'éventuel risque de perdre un poisson qui, de toute façon, serait retourné dans son milieu naturel après sa capture. De plus, en pêchant aux leurres, la touche étant retransmise via la main du pêcheur en temps réel, c'est assez rare que le poisson ait le temps de gober complètement le leurre. Les bas de lignes spécifiques pour la traque du brochet : acier, kevlar, tresses diverses présentent les mêmes inconvénients. Ils sont opaques et lourds. Aussi fins qu'ils puissent être, ils se voient comme le nez au milieu de la figure. La seconde gêne, beaucoup moins connue, est le poids. En effet, les poissons nageurs modernes possèdent des nages absolument superbes qui ne supportent pas de contrainte. L'acier est lourd, il entrave la nage de certains leurres, empêche les leurres flottants de remonter correctement et fait systématiquement couler les leurres suspending (densité neutre). Il existe un stratagème pour avoir un bas de ligne discret sans pour autant se faire couper par maître Esox. Le fluorocarbone ou le nylon de diamètre important est une solution miracle. Le fluorocarbone a ma préférence pour les raisons citées précédemment et pour une résistance à l'abrasion supérieure au nylon. Afin de ne pas se mettre d'obstacle dans le choix du diamètre, il faut partir du principe que, quel que soit son épaisseur, le fluorocarbone reste invisible sous l'eau. Afin de résister aux frottements contre les dents, seuls les diamètres compris entre 50 et 60/100 sont réellement efficaces. Les tailles supérieures sont difficiles à nouer. J'ai employé presque tous les diamètres compris entre 50 et 60/100, depuis quatre ans que je pêche le brochet avec des bas de ligne en fluorocarbone, sans voir de réelle différence quant au résultat. Je pêche en ce moment avec un 55/100 acheté dans une boutique mouche qui me satisfait complètement. Bien sûr, plus le diamètre est important et plus la sécurité est grande. J'ai dû capturer plus de cinq cents brochets avec du fluorocarbone comme bas de ligne, dont certains très gros et d'autres qui avaient correctement avalé le leurre. Je ne me suis fait couper qu'une dizaine de fois. Le nombre de touches avec un bas de ligne transparent est tellement plus important qu'avec tout autre type de bas de ligne que je veux bien accepter de perdre un brochet sur cinquante ! D'une façon assez surprenante, ce sont toujours des brochets de petite taille qui m'ont coupé le bas de ligne. Les gros poissons ont les dents plus écartées et beaucoup moins dangereuses. En ce qui concerne la longueur du bas de ligne, comme pour le bar, un mètre semble être la taille idéale.
Concernant les autres espèces de poissons, que ce soit les perches, les silures ou les sandres, ils ne font pas la différence entre un bas de ligne de 20 et de 40/100, le fluorocarbone est virtuellement invisible. Le fait que votre bas de ligne soit un peu épais et rigide ne gène en rien la nage de votre leurre, bien au contraire. Par contre, il est nécessaire de rester cohérent sur le rapport entre la taille de votre leurre et le diamètre du bas de ligne. Si vous désirez pêcher des perches ou des black bass avec un petit leurre léger de 5 cm, c'est évident qu'un bas de ligne en 50/100 risque d'entraver sa nage. Il n'existe pas de vérité en matière de pêche. Soit vous pêchez avec un bas de ligne en 25 ou 30/100 et prenez le risque de vous faire couper, soit vous mettez un bas de ligne en 50/100 et votre leurre nagera moins bien. Rien n'est parfait ! Dans tous les cas, un gros monofilament sera toujours meilleur que l'acier !


COMMENT ATTACHER SON LEURRE ?



Toujours dans un souci d'efficacité et de discrétion, l'attache entre le bas de ligne et le leurre doit être la plus simple possible. La plupart des leurres (poissons nageurs, leurres souples avec tête plombée...) nagent sur un axe. Le risque de vrillage est donc nul. À part pour les cuillères tournantes, l'utilisation d'un émerillon est inutile. Plutôt que de gêner la nage du leurre avec un émerillon agrafe, préférez l'utilisation d'une agrafe simple. Il existe dans le commerce de nombreuses marques qui proposent des petites agrafes en inox très solides de conception diverses. Les agrafes Rapala n° 2 et celles de marque Ilex sont excellentes, mais il en existe d'autres d'aussi bonne qualité. La réussite d'une partie de pêche ne tient pas à grand-chose. On peut essayer de mettre un maximum de chances de son côté en étudiant tous les aspects du matériel. Les pêcheurs attachent généralement beaucoup d'importance à la forme ou à la taille des leurres et assez peu à la conception de leur bas de ligne. Pourtant, c'est sûrement la partie de la ligne qui va passer le plus de temps dans l'eau au cours d'une partie de pêche. Toutes les techniques de pêches, que ce soit la pêche à la mouche ou la pêche aux leurres, ont un dénominateur commun : discrétion rime souvent avec efficacité...

Laisser un commentaire

Pseudo :
Adresse e-mail :
Votre commentaire :
Aucun commentaire sur cet article Aucun commentaire sur cet article
Votez :
2 votants pour cet article 2 votants pour cet article 2 votants pour cet article 2 votants pour cet article 2 votants pour cet article

SUR LE MEME SUJET

Le 30/06/2014
Divers

Maroc, l'autre pays du black-bass

Si vous ne le savez pas encore, le Maroc est un pays où le black-bass a été introduit depuis très longtemps et dont le climat chaud lui convient particulièrement bien. ... Lire la suite
Aucun commentaire Aucun commentaire
1 votant sur cet article 1 votant sur cet article 1 votant sur cet article 1 votant sur cet article 1 votant sur cet article
Le 25/06/2014
Divers

Enquête Lecteurs Pêches sportives

Parce que Pêches sportives est votre journal et afin de mieux répondre à vos attentes, vous avez la possibilité de remplir un questionnaire qui ne vous prendra qu'une ... Lire la suite
Aucun commentaire Aucun commentaire
3 votants sur cet article 3 votants sur cet article 3 votants sur cet article 3 votants sur cet article 3 votants sur cet article
Le 16/06/2014
Divers

Keitech Salty Core Stick !

Après l’excellent Salty Core tube, sorti l'an passé, Keitech sort un leurre de type Senko, mais dont la matière interne (et non toute la matière du leurre), fortement ... Lire la suite
Aucun commentaire Aucun commentaire
1 votant sur cet article 1 votant sur cet article 1 votant sur cet article 1 votant sur cet article 1 votant sur cet article
Le 07/04/2014
Divers

Un topo guide pour le Chéran

Les AAPPMA du Châtelard et de l’Albanais ont groupé leurs efforts pour créer un topo-guide très pratique, sous forme de fiches qui décrivent en détail les parcours du ... Lire la suite
Aucun commentaire Aucun commentaire
2 votants sur cet article 2 votants sur cet article 2 votants sur cet article 2 votants sur cet article 2 votants sur cet article
facebooktwitter
Powered by Walabiz