Thierry Haart, l’art de la précision

t.-haart

Haart est sans doute un nom prédestiné à la fabrication des moulinets de pêche à la mouche. Si les jeunes générations de pêcheurs ne font pas le rapprochement, les plus anciens sont autorisés à se poser la question d’un éventuel rapport entre l’homme qui nous intéresse ici et Ari T. Hart, le créateur des fameux moulinets ATH. Ainsi, Thierry Haart fabrique lui aussi de façon artisanale des moulinets, pas n’importe quels moulinets, uniquement sur commande et uniquement des pièces numérotées.

Par Jean-Marc Theusseret

Usineur, fraiseur et tourneur de formation, Thierry Haart est également un vrai passionné de pêche à la mouche, tout comme sa femme Odile. Notre homme aime les défis techniques posés par ce genre d’engin. D’autres tout aussi passionnés que lui, et pas des moindres, ont tenté de repousser les limites de la résistance des matériaux, du gain de poids et de la capacité à récupérer rapidement la soie. L’idée de créer un moulinet très léger, à grand arbre et démultiplié, est devenue obsessionnelle, il y a un peu plus d’une dizaine d’années, dans l’esprit bouillonnant de Thierry. Les moulinets Haart sont très différents de ce que l’on trouve parmi ceux issus de l’industrie. Les axes tout comme le guide fil sont en titane, matériau ultraléger et très résistant, le bâti et la bobine sont en alliage d’aluminium et le revêtement est à base de poudre de titane (une des très rares étapes qu’il sous-traite), assurant une résistance bien supérieure à une classique anodisation. C’est ce qui donne cette teinte vert grisâtre aux pièces ainsi traitées. L’alliage d’aluminium utilisé propose une résistance exceptionnelle, qui autorise une grande finesse d’usinage. Le choix de ces matériaux a permis un gain de poids substantiel qui a donné à l’artiste la possibilité de se concentrer sur l’essentiel, le système démultiplicateur. Celui-ci est protégé par un brevet d’invention sur l’agencement mécanique.

Extérieurement, la simplicité de ce système surprend. Et pourtant, ça marche ! En action de pêche, la soie est récupérée en quelques tours de manivelle. Le TH 6, d’environ 100 mm de diamètre pour 110 g, récupère environ 90 cm de soie au tour de manivelle. Thierry Haart a choisi de rendre tous ces modèles anti-reverse. La manivelle reste fixe lorsque la bobine tourne dans le sens du dévidement.
Ce principe bien connu des pêcheurs à la mouche en mer est ici décliné sur les modèles pour la pêche de la truite et de l’ombre. Pour ceux qui ont l’habitude de ramener leur poisson directement sur le moulinet, l’anti-reverse est un peu déstabilisant, puisque l’effort ne se fait plus directement sur la manivelle en raison de la démultiplication.
Cela demande un peu d’habitude. Certains s’avouent également surpris de voir les pignons exposés aux intempéries et aux impuretés.
« C’est une question qu’on me pose parfois et à laquelle je réponds qu’il vaut mieux un engrenage non protégé, mais très facilement nettoyable, par rinçage par exemple, plutôt qu’un système protecteur qui souvent laisse entrer les poussières, mais ne les laisse pas forcément sortir », commente le père de ces machines.
Quant au look, il revient davantage aux exigences du cahier des charges qu’à la volonté du concepteur. Au final, les pièces de Thierry Haart sont des modèles uniques, faits à la main et dont la réalisation est le fruit d’un réel savoir-faire. La gamme s’enrichira en 2012 de trois nouveaux modèles de grande taille, les TH 10, TH 12 et TH 14 pour la pêche en mer. Les trois modèles actuels sont destinés à la pêche de la truite et de l’ombre (TH 5 et TH 6). Le TH 8 convient pour la pêche du saumon, pour le réservoir, tout en sachant qu’il peut parfaitement être utilisé en eau salée. Les prix vont de 575 euros (TH5) à 645 euros. A noter que le TH 6 Duo est proposé livré avec deux bobines de contenance différente.

Les cannes Haart SR

Perfectionniste dans l’âme, Thierry Haart tenait à proposer des cannes à mouches correspondant parfaitement à sa vision de la pêche à la mouche en rivière, notamment à la nymphe à vue et à la mouche sèche.
Après avoir tenté la représentation des cannes Dan Craft durant moins de deux années, Thierry a finalement trouvé des blanks qui lui convenaient. Seule indication qu’il a bien voulu nous confier, ces blanks ne viennent pas d’Asie et les profils des blanks ont été définis par ses soins. Six modèles sont proposés, tous en quatre brins et uniquement en deux longueurs, 9 ou 10 pieds, et pour soies 4, 5 et 6. Le montage est sobre, sans fioritures mais avec des finitions très propres.
Nous avons essayé la 9 pieds pour soie de 5 et la 10 pieds pour soie 6. La première dispose d’une action progressive mais prononcée en pointe qui permet une manipulation aisée d’un long bas de ligne. Les lancers sont rapides et précis à toutes les distances. Il s’agit donc d’une canne qui colle parfaitement à l’action de pêche actuelle à la nymphe et à la mouche sèche. La 10 pieds pour soie n° 6 convient davantage pour une pêche au streamer en rivière. Les modèles de même longueur mais pour 4 ou 5 sont beaucoup plus légers et polyvalents.
Une gamme de canne à découvrir et qui rivalise avec les meilleures cannes actuelles.
Les prix des cannes s’échelonnent de 389 euros à 420 euros selon le modèle. Pour les amateurs de montage de cannes, il est possible d’acquérir les blanks nus pour un prix très abordable de 175 à 198 euros selon le modèle.

Renseignements :
Haart Entreprise Site Internet :
http://thierry.haart.free.fr
Tél. : 09 53 77 68 65.

PARTAGER l’ARTICLE

Laisser un commentaire

Commenter avec wordpress

Vous devez vous CONNECTER Pour poster un commentaire

Je préfère commenter avec facebook ->